L’intérêt du non-verbal dans les arts-thérapies

Un récent article du Quotidien Indépendant Luxembourgeois évoque l’art-thérapie en regroupant au sein de ce terme la médiation thérapeutique par la danse, le théâtre, le dessin, les arts plastiques ou la musique, évoquant son intérêt auprès des personnes en situation de handicap ou en souffrance psychique.
Une psychomotricienne danse-thérapeute souligne notamment : « Dès qu’on n’a plus besoin de parler, les barrières se lèvent »
Un paragraphe est consacré plus spécifiquement à la musicothérapie avec le témoignage de Ann Majerus, musicothérapeute et porte-parole de la Gesellschaft fir Musiktherapie zu Lëtzebuerg (GML), qui décrit la musique comme « un autre moyen d’expression que les mots ».

Lire l’article complet du Quotidien Indépendant Luxembourgeois, 25/10

L’intérêt de la musicothérapie avec des personnes exilées en souffrance psychique

Joanna Englert, « Le travail clinique avec les personnes exilées en souffrance psychique : Reconstruire le lien entre humains et soutenir les élans de vie – La proposition de la musicothérapie. « , Master en sciences psychologiques, Université Catholique de Louvain, Belgique, 2021. Prom. : Brackelaire, Jean-Luc.

Extrait du résumé : Avec des personnes exilées impactées par la violence du trauma, de l’exil et de leurs conséquences psychiques, le lien aux autres, le rapport à soi et au corps est meurtri. Dans ce cadre, la musicothérapie va favoriser les processus de symbolisation et d’élaboration psychique ainsi que le réinvestissement du corps. 

En savoir plus sur ce mémoire