Institut de Musicothérapie de Nantes : visioconférence « Musicothérapie et Troubles du comportement alimentaire »

Dans le cadre de son cycle de conférences « La pensée en mouvement », l’Institut de Musicothérapie de Nantes a organisé, le 24 novembre dernier, une visio-conférence avec la musicothérapeute Céline Fleuriau-Chateau sur le thème « Musicothérapie et Troubles du comportement alimentaire« .

Vous pouvez la découvrir ci-dessous :

Afin de compléter cette visioconférence, je vous propose aussi ci-dessous quelques ressources documentaires sur le sujet :

Clémence Bostnavaron et Andrea Girardot, L’élaboration d’une « toile sonore » : Vers un nouveau protocole de musicothérapie, Revue Française de Musicothérapie, Volume XXXVIII n°2, décembre 2019,

A.-M. Dubois. Art-thérapie et addictions, l’exemple des troubles du comportement alimentaire. Annales Médico-Psychologiques, Revue Psychiatrique, Elsevier Masson, 2010, 168 (7), pp.538,

Jean-Luc Sudres, Aurélie Bordet, Gilles Brandibas, Art-thérapie et troubles des conduites alimentaires. Évaluation en follow-up, Annales Médico-psychologiques, 2020,

La musicothérapie : pour quoi faire ?

L’art-thérapie et la musicothérapie pour réduire l’anxiété au temps du confinement

S’appuyant sur le contexte actuel du deuxième confinement, avec toute l’anxiété qu’il peut générer, Top Santé propose, dans un article récent, le recours à l’art-thérapie ou à la musicothérapie, dans un objectif de relaxation.

Après une brève introduction visant à définir l’art-thérapie, l’article fait intervenir Louise Martin, art-thérapeute, qui présente le déroulement d’une séance et les objectifs thérapeutiques.

Après quoi, l’attention est porté sur la musicothérapie, avec une rapide présentation des différentes techniques (active / réceptive) et de quelques objectifs thérapeutiques.

Lire l’article complet

Pour rappel : Les consultations en cabinet d’art-thérapie ou de musicothérapie sont actuellement possibles.

Revue Française de Musicothérapie : « Perturbations multimodales dans les polyrythmies interpersonnelles en musicothérapie : un rejeu perpetuel du traumatique ? « 

Dominique Brugger« Perturbations multimodales dans les polyrythmies interpersonnelles en musicotherapie : un rejeu perpetuel du traumatique ? »Revue Française de Musicothérapie, Volume XXXVIII, décembre 2019

 

Dans cet article, Dominique Brun s’interroge : « Est-ce que la rythmicité du patient en musicothérapie pourrait traduire des souffrances passées ? »
A partir de cette question, qui lui est notamment venue à la lecture d’Anne Brun (Brun & Chouvier & Roussillon, 2013), elle commence par définir les termes de sa réflexion :

  • La « perturbation » étant « tout ce qui, dans l’expression (corporelle et/ou verbal), nous apparaît comme accidenté sans être pour autant intégré à un discours cohérent » ;
  • « multimodale » représentant « les multiples modes qui font langage chez l’humain : geste corporel, geste vocal (Jousse, 1974), regard, posture, mouvement : façon d’incarner le temps de séance.»
  • Ces deux éléments constituant, pour partie, la polyrythmie, à savoir un « groupe de rythmes perceptibles à la fois indépendamment les uns des autres, mais aussi en association, et/ou globalement. »
  • Enfin, le traumatisme, tel que retenu dans cet article, est «  la blessure qui attaque le cours psychique, par effraction, ou manque répété», qui « met le psychisme en état de débordement, d’impossibilité de symbolisation tant c’est insupportable, ou impensable »

Puis après avoir introduit la façon dont ces éléments s’invitent, selon Dominique Brugger, en séance de musicothérapie, l’auteur émet une hypothèse : « l’intrication des chaines traumatiques se retrouve dans l’intrication des perturbations polyrythmiques avec lesquelles nous travaillons en musicothérapie active. »
Elle poursuit ensuite sa réflexion à travers l’analyse de trois cas cliniques.

Lire l’article complet

 

Quand la musicothérapie est recommandée par l’OMS

Le Bureau régional de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) pour l’Europe a dévoilé, en novembre, un rapport, qui analyse les éléments de plus de 900 publications du monde entier, afin de démontrer que les arts, et notamment la musique, sont bénéfiques pour la santé, tant physique que mentale.

Le rapport souligne que certaines interventions dans le domaine des arts, en plus de donner de bons résultats, peuvent aussi être plus rentables que des traitements biomédicaux plus conventionnels.

Ce rapport émet, en outre, des considérations concernant les politiques à mener, à l’intention des décideurs dans le secteur de la santé ou en dehors de celui-ci.

En savoir plus.

Mémoire : Thérapie de médiation et patients états-limites

Emilie FELD, Le vécu de patients états-limites en thérapie à médiation
Master 2 – Psychologie clinique de l’adulte – 2018-2019
Faculté de Psychologie, Logopédie et Sciences de l’Éducation, Université de Liège

Extrait de l’introduction :
« Les médias artistiques utilisés sont multiples (arts plastiques, musique, danse, théâtre) de même que les publics touchés par ces pratiques (enfants, personnes âgées, personnes présentant un handicap, patients psychiatrisés, couples, patients incarcérés, etc). Toutefois, plusieurs auteurs (Roussillon, 2010 ; Brun, 2011 ; Rabeyron, 2017) soulignent l’écart conceptuel qui sépare la fréquence de ces pratiques médiatisées et leur théorisation. Ce vide dans la littérature et la recherche scientifique soulève des interrogations : en quoi consiste réellement l’art-thérapie ? Comment la définir ? Quel point commun au sein de ces diverses pratiques ? Ce travail se propose d’approcher les enjeux des thérapies à médiations. A ce stade, nous pouvons définir la thérapie à médiation comme l’utilisation d’un média artistique au sein d’un projet thérapeutique, qui devient à la fois le prétexte à la rencontre et le moyen d’expression privilégié entre thérapeute et patient (Boyer-Labrouche, 2000). La problématique générale de ce travail consiste à interroger les possibilités de soin proposées par un tel dispositif. »

Lire le mémoire complet

Conférence en Aveyron : « Arthérapie, musicothérapie, une autre façon de s’exprimer et de se soigner ? »

Jimi B. Vialaret
Artiste, chercheur, Docteur en communication et arts du spectacle,
propose une conférence
samedi 7 septembre, à 18 h 15
Cave de la librairie Chemins d’encre, à Conques (12)

« Arthérapie, musicothérapie, une autre façon de s’exprimer et de se soigner ? »

Auteur de plusieurs ouvrages parus aux éditons L’Harmattan, Jimi B. Vialaret souhaite de partager avec un public élargi – et en s’accompagnant à la guitare – ses connaissances et sa pratique d’arthérapeute et de musicothérapeute.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.
Contact : 05 65 46 22 95
En savoir plus

Lire les articles de Ladepeche.fr et de Centrepresse.fr

Vialaret

Mémoire de Master : Ecoute passive d’un instrument de musique et régulation émotionnelle chez des personnes présentant une surdité moyenne à sévère

Sophie Monhonval
Mémoire de Master en sciences psychologiques à finalité spécialisée, option développement atypique et orthopédagogie
Université catholique de Louvain, Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation
182 pages
Dans quelle mesure l’écoute passive d’un instrument de musique contribue-t-elle
à favoriser la régulation émotionnelle chez des personnes présentant une surdité
moyenne à sévère ?

Extrait : « Spontanément, il est loisible de penser que pour pouvoir jouir de l’écoute d’une
musique, pour qu’elle vienne se mêler à nos ressentis, il faut l’entendre. Nous aurions
ainsi tendance à placer comme premier critère le fait de disposer d’une audition dans la
norme afin d’avoir accès à l’univers musical (Holmes, 2017). Qu’en est-il dès lors pour
des personnes présentant une surdité, celles-là qui ne répondent pas à cette exigence ? Ne leur est-il par conséquent pas possible d’être touchées émotionnellement par une
musique ? N’ont-elles donc jamais vu leurs ressentis se bousculer face à une expérience
musicale ?  (…)  »

Lire le mémoire

hearing-294057_640

Au Québec, le Club Lions de Chicoutimi finance la mise en place d’ateliers de musicothérapie pour les enfants autistes accompagnés par la Fondation Jean-Allard

Au Saguenay–Lac-Saint-Jean, l’une des 17 régions administratives du Québec, la Fondation Jean-Allard soutient quelque 250 familles touchées par l’autisme. Jusqu’à maintenant, elle proposait, trois jours par an, des ateliers d’art-thérapie et de musicothérapie. Afin de permettre la mise en place d’ateliers sur cinq ans, la Fondation va bénéficier du soutien du Club Lions de Chicoutimi, à hauteur de 20.000$ par an (100 000 $ sur cinq ans).
Des ateliers d’art-thérapie, de musicothérapie, d’ergothérapie et d’intégration sensorielle, d’aquathérapie et de zoothérapie seront ainsi proposés aux jeunes autistes âgés de 4 à 18 ans.

Lire l’article complet sur leQuotidien.com

téléchargement

Thèse : Approche psychodynamique de la création de chanson(s) : au carrefour de la création artistique et de la création art-thérapeutique

Approche psychodynamique de la création de chanson(s) : au carrefour de la création artistique et de la création art-thérapeutique
ZIMOCH Amélia
Thèse de doctorat en Psychologie, 2013, Université de Lorraine

« Cette thèse, référée à une approche psychodynamique, se propose d’explorer et d’interroger les processus psychiques impliqués dans la création de chanson(s), par l’association de deux volets différents et complémentaires… »
Suite du Résumé

graduate-150374_640