Clara James et « la puissance réparatrice » de la musique

D’abord violoniste professionnelle, Clara James est aujourd’hui chercheuse en neurosciences. Professeure à la Haute École de santé de Genève, elle explique brièvement, dans une récente interview accordée à 24heures.ch, comment la musique permet de réduire l’anxiété et la douleur, quels rôles jouent le rythme, le tempo d’une musique dans l’apaisement des tensions, pourquoi une même musique peut avoir un effet différent sur l’être humain selon son état d’être, comment elle peut raviver des souvenirs etc…
Clara James aborde également, dans cette interview, les découvertes des neurosciences en matière de plasticité du cerveau ainsi que ses projets de recherches « autour du pouvoir à la fois éducatif et thérapeutique de la musique. »

Lire l’article complet, 24heures.ch, 19/04/2020

clarajames

La détente psychomusicale permettrait de réduire le risque de récidive d’infarctus

Une étude, dont les résultats ont récemment été publiés par l’American College of Cardiology, démontre l’intérêt de l’écoute musicale dans la diminution du risque de récidive d’infarctus. 

350 personnes ont été suivies dans le cadre de cette étude.
Les chercheurs ont d’abord identifié les types de musiques qui favorisaient la détente chez chaque patient, selon plusieurs critères. Les volontaires devaient ensuite écouter 30 minutes par jour les musiques sélectionnées. 

A l’issue de l’étude menée sur plusieurs années, les chercheurs ont pu démontrer que les patients ayant bénéficié de ces séances de détente psychomusicale étaient moins anxieux et avaient moins de douleurs, que ceux qui n’en avaient pas bénéficié. Ils présentaient aussi un risque diminué de récidive de problème cardiaque. 

Lire l’article complet de Pourquoi Docteur, 27/03

Lire les résultats de l’étude

N.B. : L’article publié sur Pourquoi Docteur utilise le terme de musicothérapie. Nous avons volontairement ici utilisé le terme de « détente psychomusicale » comme substitutif dans notre synthèse. En effet, la musicothérapie implique la présence d’un musicothérapeute, qui va définir un/des objectif(s) thérapeutique(s) selon chaque patient ainsi que les outils/moyens pour y parvenir. La détente psychomusicale ne constitue qu’un seul des nombreux outils/moyens potentiellement utilisés par le musicothérapeute. 

Coronavirus et confinement : Pourquoi la musique nous aide-t-elle ?

La propagation rapide du Coronavirus impacte désormais le monde entier et de nombreux pays ont choisi de recourir au confinement de la population pour ralentir l’épidémie.

Depuis lors, nous pouvons voir et entendre sur les réseaux sociaux ou à nos fenêtres, en France comme ailleurs, des personnes jouer de la musique et chanter.

Plusieurs musicothérapeutes et musicologues ont témoigné, ces derniers jours, dans les médias pour apporter leur éclairage  sur ce phénomène.

Ainsi, dans le Journal La Croix, Émilie Tromeur-Navaresi, musicothérapeute, et Hyacinthe Ravet, musicologue et sociologue, parlent de la musique comme vecteur du lien social. Elle « nous réunit quelles que soient nos cultures, notre histoire ou nos origines », explique notamment Emilie qui ajoute : « Elle permet de nous sentir vivant, de nous rapprocher, même si on est physiquement loin les uns des autres, même si on est confinés. »

Lire l’article complet.

Parallèlement, des initiatives ont aussi vu lejour. Miléna Hidalgo, psychologue et photographe, et Clémence Canadas-Salvador, psychologue et musicothérapeute, ont en effet choisi de proposer des consultations vidéos gratuites via Skype, afin d’aider la population à faire face au confinement.

Lire l’article du Midi Libre

Pour terminer cet article un peu spécial mais en lien avec l’actualité, j’ai sélectionné pour vous quelques initiatives musicales originales :

En France :

En Italie :

En Espagne :

Prenez soin de vous et restez chez vous !

Créatrice du concept Musicorps, Emmanuelle Jaffrelot libère voix et corps aux Ponts-de-Cé (49)

Emmanuelle Jaffrelot est à l’origine de la méthode Musicorps, qui vise à libérer la voix et le corps et est la « synthèse de trois formations en musicothérapie, de la technique « Corps et conscience » et de ma recherche personnelle », explique-t-elle dans un article récemment paru sur Ouest-France, qui détaille ensuite les fondements de son concept.

Intervenant au sein d’institutions de santé, auprès de professionnels du monde de la culture ou encore auprès d’enfants auxquels elle enseigne la musique…

Lire l’article complet de Ouest France, 29/02

Contacter Emmanuelle Jaffrelot : www.musicorps.fr, 02 41 44 44 66

jaffrelot

Emmanuelle Jaffrelot – http://musicorps.fr/index.htm

 

Une équipe de recherche étudie la façon dont le cerveau décode musique et parole

Un récent article paru sur Futura-science.com évoque une étude récemment menée par une équipe franco-canadienne en vue de comprendre, au niveau physiologique et neuronal,  comment les deux hémisphères du cerveau humain sont mobilisés pour reconnaître une mélodie ou comprendre une phrase.

« Une équipe de recherche codirigée par Benjamin Morillon à l’Institut de neurosciences des systèmes (Inserm/Aix-Marseille Université), en collaboration avec des chercheurs de l’Institut-Hôpital neurologique de Montréal de l’Université McGill, a utilisé une approche innovante pour comprendre comment le langage et la musique sont décodés au sein de chaque hémisphère cérébral chez l’humain », explique notamment l’article.

Les résultats ont été récemment publiés dans la revue Science (Distinct sensitivity to spectrotemporal modulation supports brain asymmetry for speech and melody).

Lire l’article de Futura-science, 2/03

brain-951874_640

Joëlle Gary, animatrice en Ehpad à Lembach, vient d’achever une formation en musicothérapie et danse thérapie

Animatrice au sein de l’Ehpad Paul Bertololy à Lembach (67) depuis 2006, Joëlle Gary vient d’achever une formation d’un an en musicothérapie et danse thérapie au sein de l’Ecole Européenne de Psychothérapie Socio et Somato Analytique de Strasbourg.
Outre les personnes âgées, Joëlle Gary intervient également auprès d’enfants. Dans cet article des Dernières Nouvelles d’Alsace, elle y détaille quelques objectifs thérapeutiques tels que l’expression des émotions, l’affirmation de soi ou encore le fait permettre au patient de se reconnecter avec son identité, son histoire de vie, maintenir un lien avec son environnement etc…

Lire l’article des DNA, 22/02

jgary

site web de Joëlle Gary

N.B. : L’EEPSSA ne figure pas parmi les cinq organismes de formation agréés par la Fédération Française de Musicothérapie.

Frédéric Sans ouvre son cabinet de musicothérapie à L’Union (31)

Formé à la musicothérapie à l’Université, Frédéric Sans vient d’ouvrir son cabinet dans la commune de L’Union (31). Ce musicothérapeute exerce depuis une dizaine d’années au sein d’Ehpad. Outre les personnes âgées dépendantes, il prend également en charge des enfants atteints de troubles DYS ou encore d’autisme…

Lire l’article complet de La Dépêche, 17/02

FSans

Le musicothérapeute Jean-Pierre Praud forme les soignants de l’hôpital de Saint-Brieuc (22) à la musicothérapie réceptive

Le musicothérapeute Jean-Pierre Praud, qui mène par ailleurs un projet de musicothérapie avec des élèves du lycée Le Dantec de Lannion (projet évoqué sur ce blog), a récemment formé une quinzaine d’aides soignantes et infirmières de l’hôpital Yves Le Foll de Saint-Brieuc à la musicothérapie réceptive.
La musicothérapie a fait son entrée à l’hôpital de Saint-Brieuc en 2013. Jean-Pierre Praud intervient une journée par semaine.

Lire l’article de Ouest France, 5/02

Lire l’article du Télégramme, 5/02

praud

Source : Ouest France

A l’hôpital de Melle (79), les soignants formés pour proposer des séances de musicothérapie réceptive aux patients

Nous évoquions ce projet, sur ce blog, en juillet dernier. Le Lions Club avait alors octroyé une aide financière à l’hôpital de Melle pour développer la musicothérapie en soins palliatifs. L’enveloppe accordée devait permettre de financer, en partie, l’achat d’un logiciel spécifique, du casque audio et la formation du personnel. Le projet, qui a également bénéficié du soutien du Rotary, de la Ligue 79 contre le cancer et de Inner Wheel, se concrétise.

La semaine dernière, Sophie Baron, musicothérapeute, est ainsi venue former le personnel soignant à l’utilisation de l’outil et au déroulement de ces séances de musicothérapie réceptive d’une vingtaine de minutes.

Le site de Melle est doté de trois tablettes équipées de l’application. Plusieurs aides-soignantes, infirmières et médecins sont désormais formés.

Lire l’article complet

Screenshot_3