Revue Française de Musicothérapie : Retour d’expérience à quatre mains sur une supervision de pratique en musicothérapie active groupale

Christine FALQUET-CLIN et Isabelle JULIAN , « Expérience d’une supervision à deux voix : supervisé-superviseur », paru dans Revue Française de Musicothérapie, Volume XXXIX, décembre 2020

Cet article porte sur la supervision des pratiques en musicothérapie avec la particularité d’avoir été composé à quatre mains, celles du superviseur et celles du supervisé. Il s’agit pour les deux auteurs de revisiter leur expérience passée en musicothérapie active groupale en hôpital de jour. Christine Falquet est supervisée, Isabelle Julian est superviseur.
Après avoir expliqué ce qui a conduit à la mise en place de cette supervision, les deux autrices détaillent le cadre de cette pratique puis comment la matière était amenée à émerger dans l’espace de supervision, qualifié « d’espace de narration, de co-pensée et de co-écoute créatives ».

Lire l’article complet

Revue Française de Musicothérapie : Mise en œuvre de nouvelles pratiques à distance en musico-phonologie, entre musicothérapie et phoniatrie, en période de confinement

Dr. Isabelle Marié-Bailly et Héloïse Varquet, De la musicothérapie à la « musico-phonologie » à distance : émergence de nouvelles pratiques en période de confinement par des ateliers vocaux en visioconférence, Revue Française de Musicothérapie, Volume XXXIX n°1, Décembre 2020,

L’article traite de la mise en place d’ateliers à médiations sonores à distance lors du premier confinement au printemps 2020, notamment d’ateliers vocaux collectifs en visioconférence. La démarche interdisciplinaire de l’association Musicothérapie Expressions 45 (MUS’E), qualifiée de « musico-phonologie », se situe entre phoniatrie et musicothérapie. Isabelle Marié-Bailly est médecin phoniatre et musicothérapeute. Héloïse Varquet est, pour sa part, infirmière, et étudiante en master de musicothérapie et licence de psychologie, alors en stage d’observation clinique en musicothérapie et en phoniatrie.
Si le contexte sanitaire et les confinements qui en ont découlé ont représenté (et représentent encore) d’importantes contraintes, bouleversant les pratiques professionnelles, les deux autrices montrent comment la créativité mise en œuvre pour proposer de nouveaux dispositifs aux patients s’est révélée porteuse. Les dispositifs élaborés sont présentés, leur pertinence est discutée et l’ensemble est illustré de cas cliniques. 

Lire l’article complet

Musicothérapie et maladie de Parkinson

Dans sa dernière newsletter, l’Association professionnelle suisse de musicothérapie a publié un article sur « l’usage de la musique pour l’amélioration du mouvement des personnes atteintes de Parkinson » du Dr. Rose Dawn. Cette dernière a étudié l’impact de la musique et du rythme sur le mouvement chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson dans ses recherches postdoctorales au Royaume-Uni. Elle mène actuellement plusieurs projets en Suisse, pour lesquelles elle cherche à créer des liens, notamment avec des musicothérapeutes et autres praticiens spécialisés dans la maladie de Parkinson.

Après avoir présenté les symptômes de Parkinson, elle évoque, dans cet article, les approches thérapeutiques et plus précisément l’intérêt de la musique, évoquant la technique de stimulation auditive rythmique (SAR), les interventions de groupe combinant des activités musicales et des mouvements, comme la danse ou la musique active, ou encore la musique internalisée.

L’article est à la fois très complet et très documenté.

Lire en intégralité

Rose Dawn, Université de Lucerne
dawn.rose@hslu.ch

Dr. Rose Dawn, Université de Lucerne

Etude : effet de la détente psychomusicale sur le prurit

S.Demirtas, C.Houssais, J.Tanniou, L.Misery, E.Brenaut, Efficacité de l’intervention musicale sur le prurit : étude prospective randomisée en ouvert, Annales de Dermatologie et de Vénéréologie, Volume 147, Issue 12, Supplément, Décembre 2020, Page A332

Symptôme fréquent lors de dermatoses chroniques, le prurit altère significativement la qualité de vie des personnes atteintes. Cette étude incluant 50 patients vise à évaluer l’efficacité de la détente psychomusicale (montage en U via l’outil Music Care®), sur l’intensité du prurit.

La moitié des patients a bénéficié de l’application d’une cold cream, l’autre moitié a bénéficié d’une séance de détente psychomusicale de 20 minutes.

Critère principal d’évaluation : évolution de l’intensité du prurit avant et une heure après l’intervention musicale.
Critères d’évaluation secondaires : effet de l’intervention musicale sur l’anxiété du patient (échelle STAI Y-A) ; retentissement du prurit (ItchyQoL) ; satisfaction des patients

Les résultats montrent l’intérêt des séances de détente psychomusicale. « Son utilisation de façon répétée au long cours sera intéressante à évaluer », concluent notamment les auteurs.

Acheter et lire l’article

Méta-Analyse : La musicothérapie pour réduire le stress

Martina De Witte, Music Therapy for Stress Reduction: A Systematic Review and Meta-Analysis, Health Psychology Review, Novembre 2020

La musicothérapie est de plus en plus utilisée dans le services médicaux et en santé mentale afin de réduire le stress. Sa mise en œuvre nécessite l’intervention d’un musicothérapeute formé et qualifié et est donc à différencier d’un simple dispositif d’écoute musicale. Un nombre croissant d’études empiriques sont menés sur les effets de la musicothérapie. Cette méta-analyse regroupe 47 études totalisant plus de 2.700 participants et a pour objectif d’évaluer les effets physiologiques et psychologiques de la musicothérapie en lien avec le stress.

Lire le résumé en anglais, acheter l’article

Musicothérapie et psychologie projective : Etude sur l’efficacité du Montage Composite Réceptif à visée Projective

Lionel Delpech, Jean-Luc Sudres, L’efficacité thérapeutique du Montage Composite Réceptif à visée Projective (MCR-P) contre la dépression en psychiatrie, 17 octobre 2020

Psychothérapie brève associant musicothérapie et psychologie projective, le MCR-P vise le traitement de la dépression au cours de l’hospitalisation en soins psychiatriques. L’étude réalisée vise à démontrer son efficacité. Elle s’appuie sur 23 patients adultes dépressifs bénéficiant d’un traitement en psychiatrie, dont 13 constituent le groupe thérapeutique avec trois séances de MCR-P sur un mois. En fin de protocole, les patients du groupe thérapeutique montrent un niveau de dépression, d’anxiété et d’alexithymie clairement inférieur à ceux du groupe témoin.

Lire, acheter l’article


Méta-analyse : effet thérapeutique de la musique sur l’épilepsie. L’effet Mozart en exergue.

Une méta-analyse combinant les conclusions de plusieurs études scientifiques, et dont les résultats viennent d’être publiés dans la revue Clinical Neurophysiology, démontre les effets thérapeutiques de la musique sur l’épilepsie, et plus exactement sur la fréquence des crises.

Les auteurs, issus de l’Université de Pise (Italie) ont analysé 147 articles et sélectionné 12 études. L’effet Mozart y est mis en lumière.

Lire l’article de Santé Magazine

Lire l’article d’European College of Neuropsychopharmacology, sur MedicalXpress

Mémoire / Canada – Musicothérapie active et maladie d’Alzheimer : « Conception d’un clavier musical pour entraîner les fonctions motrices et cognitives »

Sherezada Ochoa Echeverria, Conception d’un clavier musical pour entraîner les fonctions motrices et cognitives dans la maladie d’Alzheimer, Maîtrise en sciences cliniques et biomédicales – avec mémoire, Maître ès sciences (M. Sc.), 2020, 102 pages

Après une revue de la littérature visant à montrer l’intérêt de la musicothérapie pour soulager les symptômes de démence type Alzheimer, et plus particulièrement de la musicothérapie active, ce mémoire « a pour principal objectif de proposer un dispositif musical électronique permettant aux personnes au stage léger de la maladie d’Alzheimer de s’engager de manière autonome dans des sessions de musicothérapie active.

Il s’agit pour l’auteur de proposer un dispositif qui permettrait au patient de bénéficier ou de poursuivre des séances de musicothérapie en l’absence du thérapeute et/ou à domicile.

Lire le mémoire complet

Musicothérapie analytique de groupe : « Résonances intergroupes et surdités groupales »

Édith Lecourt, Isabelle Julian, Résonances intergroupes et surdités groupales. L’écoute des groupes, son analyse, en musicothérapie analytique de groupe, Revue de psychothérapie psychanalytique de groupe, 2020/2, N°75, p. 75 à 90

Dans cet article, Edith Lecourt et Isabelle Julian présentent un dispositif de musicothérapie analytique de groupe au sein duquel elles vont développer une vignette clinique d’observation par l’écoute du groupe puis l’écoute du groupe par trois autres groupes, l’idée étant de comparer les différentes observations.
« Il en ressort un rapport de la qualité de ces observations au vécu, par le groupe observateur, de sa propre analyse sonore. »

L’article se décompose selon le plan suivant :

  • Un dispositif créé à partir d’expériences et d’observations de groupes
  • Un groupe à l’écoute d’un autre groupe : une situation originale d’examen…
  • Le dispositif de musicothérapie analytique de groupe et son utilisation dans le cadre de la formation de cliniciens
  • L’expérience initiale (aeatg) : un état d’ambiguïté ?

Acheter, lire l’article complet

Etude / Tunis : Effets de la musicothérapie lors d’une intervention chirurgicale

Mohamed Kahna. “The Contribution of Music Therapy to the Operating Room: A Randomized Control Study” MAR Case Reports 1.3 (2020)

Mohamed Kahna (Université de Tunis El Manar) vient de publier les résultats d’une étude menée sur une période de six mois, entre octobre 2019 et mars 2020, auprès de 68 patients adultes devant subir une intervention chirurgicale programmée, sous anesthésie locale.  Il s’agissait d’étudier les effets de l’écoute musicale, en appliquant les principes de la musicothérapie, avant, pendant et après l’intervention.  Les résultats montrent que les patients ayant bénéficié de la musicothérapie présentaient des niveaux de douleurs et d’anxiété plus bas que ceux du groupe contrôle. L’influence était également positive sur les signes vitaux (fréquence cardiaque, pression artérielle…) et sur le confort du patient.

Lire l’article complet en anglais