TOM : Un nouvel outil d’évaluation des capacités cognitives musicales des patients atteints d’Alzheimer

Stéphane Berruchon, Bernard Mac Nab, Vianney Bréard, Évaluation des capacités cognitives musicales chez les malades Alzheimer : le test d’orientation en musicothérapie, Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement, Volume 18, numéro 1, Mars 2020, pp. 19-24

Dans cet article, les auteurs présentent un nouvel outil d’évaluation des capacités cognitives musicales des patients atteints d’Alzheimer permettant d’orienter leur prise en charge en musicothérapie selon le profil obtenu.
Son nom : TOM (test d’orientation en musicothérapie).
Dans le cadre de son parcours de validation, ce test a été administré à 50 sujets âgés sains et à 50 sujets atteints d’Alzheimer.

Lire, acheter l’article

dementia-3268560_640

Une équipe de recherche étudie la façon dont le cerveau décode musique et parole

Un récent article paru sur Futura-science.com évoque une étude récemment menée par une équipe franco-canadienne en vue de comprendre, au niveau physiologique et neuronal,  comment les deux hémisphères du cerveau humain sont mobilisés pour reconnaître une mélodie ou comprendre une phrase.

« Une équipe de recherche codirigée par Benjamin Morillon à l’Institut de neurosciences des systèmes (Inserm/Aix-Marseille Université), en collaboration avec des chercheurs de l’Institut-Hôpital neurologique de Montréal de l’Université McGill, a utilisé une approche innovante pour comprendre comment le langage et la musique sont décodés au sein de chaque hémisphère cérébral chez l’humain », explique notamment l’article.

Les résultats ont été récemment publiés dans la revue Science (Distinct sensitivity to spectrotemporal modulation supports brain asymmetry for speech and melody).

Lire l’article de Futura-science, 2/03

brain-951874_640

Régis Chazot : Musicothérapie, via le chant adressé, en fin de vie

Régis Chazot, La créativité au service de la vie : le chant adressé, dans Jusqu’à la mort accompagner la vie, 2019/4, N°139, pp. 51 à 61

Dans cet article, Régis Chazot se concentre sur l’intérêt de l’art-thérapie et plus particulièrement de la musicothérapie dans l’accompagnement de la personne en fin de vie, « qu’elle soit dans une unité de soins palliatifs, dans un service de soins de longue durée ou dans un Ehpad ». Pour ce faire, l’auteur va d’abord explorer l’essence de son patient, avant de s’attarder sur l’expérience sonore in utero, qu’il qualifie de « sonate maternelle » puis de faire le choix du chant comme mode d’accompagnement, « comme main tendue, comme souffle partagé, comme chant adressé, comme expérience commune d’émotion, comme espace de créativité ». Nombreux sont ici les objectifs thérapeutiques décrits, qu’il s’agisse de favoriser l’expression et la relation, mobiliser le corps, restaurer l’estime de soi, solliciter la mémoire, partager les émotions…

Acheter et lire l’article

fantasy-4066241_640

Cécile Fourage : Musicothérapie en soins palliatifs

Cécile Fourage, La musicothérapie en soins palliatifs : la vie jusqu’au bout, dans Jusqu’à la mort accompagner la vie, 2019/4, N°139, p. 83 à 92

Dans cet article, Cécile Fourage [musicothérapeute au sein de l’unité de soins palliatifs du centre hospitalier Michel-Mazéas de Douarnenez (29)] s’intéresse d’abord aux différents aspects de la musicothérapie en soins palliatifs, avant d’aborder le thème de la créativité comme mode de communication entre les membres de la famille, une communication non-verbale. Puis, elle évoque les objectifs de la prise en charge, dont la diminution de la douleur mais aussi la possibilité de « se projeter, même en fin de vie ».

Acheter et lire l’article 

fourage

 

Revue Française de Musicothérapie : « Perturbations multimodales dans les polyrythmies interpersonnelles en musicothérapie : un rejeu perpetuel du traumatique ? « 

Dominique Brugger« Perturbations multimodales dans les polyrythmies interpersonnelles en musicotherapie : un rejeu perpetuel du traumatique ? »Revue Française de Musicothérapie, Volume XXXVIII, décembre 2019

 

Dans cet article, Dominique Brun s’interroge : « Est-ce que la rythmicité du patient en musicothérapie pourrait traduire des souffrances passées ? »
A partir de cette question, qui lui est notamment venue à la lecture d’Anne Brun (Brun & Chouvier & Roussillon, 2013), elle commence par définir les termes de sa réflexion :

  • La « perturbation » étant « tout ce qui, dans l’expression (corporelle et/ou verbal), nous apparaît comme accidenté sans être pour autant intégré à un discours cohérent » ;
  • « multimodale » représentant « les multiples modes qui font langage chez l’humain : geste corporel, geste vocal (Jousse, 1974), regard, posture, mouvement : façon d’incarner le temps de séance.»
  • Ces deux éléments constituant, pour partie, la polyrythmie, à savoir un « groupe de rythmes perceptibles à la fois indépendamment les uns des autres, mais aussi en association, et/ou globalement. »
  • Enfin, le traumatisme, tel que retenu dans cet article, est «  la blessure qui attaque le cours psychique, par effraction, ou manque répété», qui « met le psychisme en état de débordement, d’impossibilité de symbolisation tant c’est insupportable, ou impensable »

Puis après avoir introduit la façon dont ces éléments s’invitent, selon Dominique Brugger, en séance de musicothérapie, l’auteur émet une hypothèse : « l’intrication des chaines traumatiques se retrouve dans l’intrication des perturbations polyrythmiques avec lesquelles nous travaillons en musicothérapie active. »
Elle poursuit ensuite sa réflexion à travers l’analyse de trois cas cliniques.

Lire l’article complet

 

Mémoire : Musicothérapie, douleur et anxiété en hémodialyse

Oriane BURRI, Diana PEREIRA VIEIRA, Tamara RICKLI, Quand la musique s’invite en hémodialyse : Les effets de la musicothérapie ou de l’intervention musicale sur la douleur et l’anxiété en hémodialyse, Bachelor of sciences HES-SO en soins infirmiers, Haute Ecole de la Santé La Source, Lausanne, 2019

Résumé : Le traitement de l’insuffisance rénale par hémodialyse provoque douleur et anxiété, des symptômes qu’il convient de soulager. Ce mémoire propose de se concentrer sur les effets de la musicothérapie. 

Références complètes

Télécharger le mémoire

Revue Française de Musicothérapie : expression verbale et musicothérapie en psychiatrie

Nicole Duperret, Nelly Madeira, « Quelle parole le musicothérapeute en psychiatrie doit-il faire surgir ? En psychiatrie, le musicothérapeute doit-il absolument faire parler les malades ? », paru dans Revue Française de Musicothérapie, Volume XXXVIII, N°2, décembre 2019

Dans cet article, les auteurs centrent leur réflexion sur l’expression verbale des malades en psychiatrie et s’interrogent sur la nécessité ou non de faire parler le patient en musicothérapie.

Extrait : « Les malades psychiatriques présentent tous des troubles de la parole, soit sur le plan du tempo, du rythme, de la mélodie (prosodie), de l’émission sonore (dysarthrie), ou du contenu, plus ou moins en rapport avec la réalité, plus ou moins riche, plus ou moins compréhensible… (…) De nombreux patients séjournant en hôpital psychiatrique souffrent d’un défaut de symbolisation, et bien souvent de mentalisation. Ils sont incapables de repérer leurs propres affects, de les nommer, et de transmettre à autrui leurs difficultés de penser. Une psychothérapie purement verbale se révèle rapidement inefficace. (…) C’est dans un tel contexte que l’indication de la musicothérapie est posée… »

Pour illustrer leur propos, Nicole Duperret et Nelly Madeira présentent deux cas cliniques en prise en charge individuelle et deux cas cliniques en musicothérapie groupale.

Lire l’article complet

Revue Française de Musicothérapie : Evolution du modèle de Benenzon

Fabienne Cassiers, Julien Lociuro, De la musicothérapie à la thérapie non-verbale : le modèle Benenzon et son évolution, Revue Française de Musicothérapie, Volume XXXVIII n°2, décembre 2019

Dans cet article récemment publié dans la Revue Française de Musicothérapie, Fabienne Cassiers (Directrice du Centre Benenzon Belgique) et Julien Lociuro s’intéressent au modèle théorique de musicothérapie mis au point par Rolando Benenzon et à son évolution, à travers ses fondements théoriques et ses concepts clés.
Depuis sa naissance, ce modèle, reconnu par par la Fédération Mondiale de Musicothérapie, n’a cessé de se transformer pour finalement s’appeler aujourd’hui « thérapie non-verbale benenzonienne ».
L’article aborde non seulement l’aspect théorique mais aussi pratique du modèle.

Lire l’article complet en ligne

Télécharger l’article complet

Musicothérapie et troubles des conduites alimentaires : naissance d’un nouveau protocole

Clémence Bostnavaron, Andrea Girardot, L’élaboration d’une « toile sonore » : Vers un nouveau protocole de musicothérapie, Revue Française de Musicothérapie, Volume XXXVIII n°2, décembre 2019

Dans cet article, est présenté un nouveau protocole de prise en charge de personnes souffrant de troubles des conduites alimentaires. Dans ce cadre, le patient est « invité à élaborer une toile sonore qui lui est propre en se basant sur son identité sonore. »
Selon l’auteur, ce protocole répond à la question suivante : « comment rendre l’objet sonore « concret », « réel », accessible et palpable pour le patient ? »

Lire l’article en ligne

Télécharger l’article

spoon-2426623_640

Musicothérapie et surdité

Fanny Baheux, Musicothérapie auprès d’un enfant sourd implanté : la coconstruction d’un cadre thérapeutique favorable à l’émergence de la parole, Revue Française de Musicothérapie,Volume XXXVIII n°2, décembre 2019

Dans cet article, la musicothérapeute Fanny Baheux centre sa réflexion sur la relation entre musique et surdité, en s’appuyant sur le cas clinique d’un enfant sourd implanté au sein d’un CAMSP, où un cadre thérapeutique favorable à l’émergence de la
parole a été co-construit.

Lire l’article en ligne

Télécharger l’article

hearing-aid-39020_640