Zoom sur les vertus thérapeutiques de la musique.

Sur maxi-mag.fr, Sophie Javaux passe en revue les vertus thérapeutiques de la musique, parmi lesquelles figurent l’amélioration de l’humeur, l’apaisement des angoisses, la stimulation de la mémoire, l’augmentation de la motivation dans la pratique sportive, une amélioration de la concentration et un développement de la créativité ainsi qu’une diminution de la douleur.

Pour illustrer son propos, l’auteur évoque différentes études récentes ayant permis de démontrer les effets cités plus haut. Ainsi, l’une d’elles a notamment permis d’observer « que le fait d’écouter de la musique en voiture [avait] un effet positif sur l’humeur des conducteurs et leur comportement au volant »…

Lire l’article complet

Dans le Puy-de-Dôme, la musicothérapeute Frédérique Mourgues travaille sur les troubles DYS

Installée à Thiers et à Saint-Dier-d’Auvergne (63), Frédérique Mourgues intervient auprès de différents publics mais développe une prise en charge spécifique adaptée aux enfants et adultes atteints de troubles DYS. « Les séances sont basées sur la rythmique, le son, la motricité… après on met en application sur la lecture », explique notamment la musicothérapeute dans un article récent de La Montagne.

Lire l’article complet d’Alice Chevrier, La Montagne, 9/07

Source : La Montagne

Mémoire / Canada : Musicothérapie et intégration scolaire des élèves issus de l’immigration

Nadia Delisle, Musicothérapie et intégration scolaire : un programme d’intervention pour des élèves issus de l’immigration, Maîtrise ès Arts (Thérapies par les arts, Option Musicothérapie), 2020, 59 pages

Dans le cadre de son projet de recherche, Nadia Delisle a mis en place un programme d’intervention en musicothérapie auprès d’élèves immigrants et réfugiés en classe d’accueil au Québec (Canada) pour les accompagner face aux risques de troubles psychosociaux, aux difficultés d’adaptation scolaire etc…
Ce programme vise à favoriser leur bien-être, leur sentiment d’appartenance à la
classe d’accueil, leur capacité d’adaptation et, enfin, leur intégration scolaire et sociale.

Lire le mémoire complet

On parle musicothérapie sur RCF Isère dans l’écho des médias

Dans l’émission L’Echo des Médias sur RCF Isère, Laura Schlenker a choisi de faire le point sur les dernières recherches en matière de musicothérapie dans sa chronique du 2 juillet dernier.

Pour écouter sa chronique, c’est par ici

N.B. Comme souvent, Musicothérapie Médiadoc se doit, tout de même, de rappeler que la musicothérapie ne consiste pas seulement à diffuser de la musique aux patients, loin de là même ! Si les effets de la musique sur l’être humain sont aujourd’hui démontrés, la musicothérapie implique la présence d’un musicothérapeute certifié, dont les connaissances théorico-cliniques lui permettront d’évaluer les difficultés du patient, d’établir des objectifs thérapeutiques et d’identifier / utiliser les moyens adaptés pour accompagner son patient vers un mieux-être.

Musique et coma ou désordre de la conscience : mobiliser les traces mnésiques associées à l’histoire, aux vécus, aux préférences du patient

F. Perrin, Sentir et percevoir. Du coma à l’éveil de coma, In Analysis, Juin 2020

Proposer des stimulations personnalisées, c’est-à-dire qui renvoient à des contenus autobiographiques précis, à des patients dans le coma ou avec un désordre de la conscience (syndrome d’éveil non répondant, état de conscience minimale) « améliore les chances d’observer une réponse comportementale, végétative, cérébrale ou cognitive ».
Parmi les outils de stimulation efficaces figure la musique.

Acheter et lire l’article complet

Enfances & Psy : La musicothérapie analytique de groupe comme voie possible d’intégration de la violence sonore pubertaire

Anthony Brault, Jouer avec son corps sonore et en explorer les limites à l’adolescence, Enfances & Psy, 2020/1 N° 85, pp.92 à 100

Psychologue clinicien et musicothérapeute, Anthony Brault vient de publier un article dans le dernier numéro d’Enfances & Psy sur le thème de « la violence sonore pubertaire » et les possibilités de son intégration via la musicothérapie analytique de groupe. Le dispositif permettrait à l’adolescent de disposer d’un espace pour « exprimer et transformer sa violence pulsionnelle en créativité ».

Acheter et lire l’article

Québec : En Montérégie, un projet de recherche vise à évaluer l’effet des activités musicales en dyade parent-enfant

Un programme de recherche est actuellement mené en Montérégie (Québec), par Aimée Gaudette-Leblanc, candidate au doctorat en éducation musicale à la Faculté de musique de l’Université Laval, dans le cadre du programme d’activités musicales en dyade parent-enfant. Il s’agit d’évaluer l’effet de la participation à ces ateliers sur la qualité des interactions parent-enfant et sur l’adaptation sociale du jeune enfant.
Des études récentes suggèrent en effet que « la pratique de la musique en communauté serait positivement associée à l’adoption de pratiques parentales positives ».
Trois centres de la petite enfance, trois organismes-familles et une soixantaine de familles ont participé à ce projet, dont les résultats seront publiés à l’automne 2020.

Lire l’article complet

Quand le Docteur Jimmy Mohamed évoque les bienfaits de la musicothérapie sur Europe 1

Dans l’émission Sans Rendez-vous sur Europe 1, le Docteur Jimmy Mohamed a récemment abordé les effets de la musicothérapie.  Après en avoir rapidement défini les principes, il évoque, en s’appuyant sur le récent rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé, les effets de la musicothérapie sur l’anxiété, la douleur, la pression artérielle ou encore pour diminuer les effets secondaires des chimiothérapies, améliorer la motricité dans les cas de maladie de Parkinson ou d’AVC etc…

Après quoi, le Docteur Jimmy Mohamed explique brièvement comment la musicothérapie agit : en stimulant la mémoire, les émotions… De même, en écoutant de la musique, le cerveau va sécréter de la dopamine et des endorphines.

Les séances de musicothérapie reprennent au sein du cabinet d’Emmanuelle Pommier à Saint-Brieuc (22)

Musicothérapeute, professeur de chant et de piano à Saint-Brieuc, Emmanuelle Pommier a récemment rouvert son cabinet.
La rentrée de septembre est d’ores et déjà en préparation, avec l’organisation prévue de portes ouvertes sur inscriptions.

Pour en savoir plus : 06 52 43 28 85 – pommier.emmanuelle@sfr.fr

Lire l’article complet de Ouest France