Le mouvement en musique améliore la fonction motrice et l’équilibre chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson

Une synthèse avec méta-analyse, récemment parue dans la revue Minerva, montre que la thérapie par le mouvement en musique améliore de manière statistiquement significative la fonction motrice, l’équilibre, la vitesse et le blocage de la marche chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson. 

Lire la synthèse et ses résultats.

De la musicothérapie à la danse thérapie… Mémoire : La danse thérapie dans la période périnatale pour les mères, les pères et les bébés

Amandine Vighi, Keeping continuity: A Dance Movement Psychotherapy intervention for mothers, fathers and babies in the perinatal period, Mémoire Danse Movement Therapy MA, Université de Barcelone, 2021

Après une revue de la littérature, ce mémoire étudie l’intérêt d’une intervention en danse thérapie pendant la période périnatale (pendant la grossesse et la première année du bébé) auprès des mères, des pères et des bébés.
Il étudie plus spécifiquement l’intérêt d’une telle prise en charge dans la prévention de la dépression du post-partum.

Vous souhaitez lire le mémoire complet ? Contactez Amandine Vighi

Joëlle Gary, animatrice en Ehpad à Lembach, vient d’achever une formation en musicothérapie et danse thérapie

Animatrice au sein de l’Ehpad Paul Bertololy à Lembach (67) depuis 2006, Joëlle Gary vient d’achever une formation d’un an en musicothérapie et danse thérapie au sein de l’Ecole Européenne de Psychothérapie Socio et Somato Analytique de Strasbourg.
Outre les personnes âgées, Joëlle Gary intervient également auprès d’enfants. Dans cet article des Dernières Nouvelles d’Alsace, elle y détaille quelques objectifs thérapeutiques tels que l’expression des émotions, l’affirmation de soi ou encore le fait permettre au patient de se reconnecter avec son identité, son histoire de vie, maintenir un lien avec son environnement etc…

Lire l’article des DNA, 22/02

jgary

site web de Joëlle Gary

N.B. : L’EEPSSA ne figure pas parmi les cinq organismes de formation agréés par la Fédération Française de Musicothérapie.

Mémoire : Thérapie de médiation et patients états-limites

Emilie FELD, Le vécu de patients états-limites en thérapie à médiation
Master 2 – Psychologie clinique de l’adulte – 2018-2019
Faculté de Psychologie, Logopédie et Sciences de l’Éducation, Université de Liège

Extrait de l’introduction :
« Les médias artistiques utilisés sont multiples (arts plastiques, musique, danse, théâtre) de même que les publics touchés par ces pratiques (enfants, personnes âgées, personnes présentant un handicap, patients psychiatrisés, couples, patients incarcérés, etc). Toutefois, plusieurs auteurs (Roussillon, 2010 ; Brun, 2011 ; Rabeyron, 2017) soulignent l’écart conceptuel qui sépare la fréquence de ces pratiques médiatisées et leur théorisation. Ce vide dans la littérature et la recherche scientifique soulève des interrogations : en quoi consiste réellement l’art-thérapie ? Comment la définir ? Quel point commun au sein de ces diverses pratiques ? Ce travail se propose d’approcher les enjeux des thérapies à médiations. A ce stade, nous pouvons définir la thérapie à médiation comme l’utilisation d’un média artistique au sein d’un projet thérapeutique, qui devient à la fois le prétexte à la rencontre et le moyen d’expression privilégié entre thérapeute et patient (Boyer-Labrouche, 2000). La problématique générale de ce travail consiste à interroger les possibilités de soin proposées par un tel dispositif. »

Lire le mémoire complet