Etude sur l’analgésie induite par la musique

Mathilde Cabon ; Anais Le Fur-Bonnabesse ; Steeve Genestet ; Bertrand Quinio ; Laurent Misery ; Alain Woda ; Céline Bodéré, Impact of Music on First Pain and Temporal Summation of Second Pain : A Psychophysical Pilot Study, in Music Perception (2021) 38 (3): 267–281

Plusieurs études cliniques et expérimentales ont d’ores et déjà montré la capacité de la détente psychomusicale à apaiser la douleur. Cette analgésie induite par la musique pourrait s’expliquer en partie par la modulation des signaux de douleur. Cet article étudie l’hypothèse que ce phénomène implique les systèmes inhibiteurs descendants de la douleur.

Lire l’article en anglais

Soin et musique

Dans Alternative Santé, Clara Delpas a publié, au début du mois, un article dans lequel elle propose une « plongée dans les promesses thérapeutiques du son ». Retraçant brièvement l’histoire de la place de la musique dans les sociétés humaines, elle développe notamment les effets neurophysiologiques et neurochimiques de la musique étudiés aujourd’hui.

Lire l’article complet

Effets de la musique sur le stress, l’anxiété, la douleur, le rythme cardiaque…

Femme Actuelle vient de consacrer un court article aux effets de la musique sur la douleur et l’anxiété, citant par exemple une expérience menée à Hong-Kong lors de la réalisation de coloscopies.

L’article évoque également une étude menée en Turquie, sur un échantillon de plus de 1.500 personnes, pour déterminer quel style de musique était le plus propice à diminuer le stress. Les indicateurs reposaient sur la pression artérielle et le rythme cardiaque.

Lire l’article complet

Diffuser des « contenus sonores apaisants » lors d’une intervention sous anesthésie générale aurait bien un effet sur la douleur post-opératoire et la consommation d’analgésiques

Une équipe de chercheurs vient de publier les résultat d’une étude montrant que la diffusion d’enregistrements au « contenu sonore apaisant » pendant une intervention chirurgicale sous anesthésie générale permettrait de réduire les douleurs et le recours aux analgésiques post-opératoires.
L’essai randomisé contrôlé, mené en Allemagne, a concerné 385 patients, qui ont été répartis en deux groupes. Dans le groupe des patients témoins, aucun enregistrement n’a été diffusé.
Les patients du deuxième groupe ont, pour leur part, entendu pendant leur anesthésie générale, « un enregistrement sonore composé d’une douce musique de fond par-dessus laquelle un texte était lu : il s’agissait de “suggestions thérapeutiques positives” rédigées et enregistrées par deux des auteurs de l’étude, Nina Zech et le Pr. Ernil Hansen ».
Au cours des 24h suivant l’intervention, ces patients ont présenté des niveaux de douleurs bien plus faibles que ceux du groupe contrôle et ont consommé moins d’analgésiques.

Les résultats de cette étude sont détaillés dans Sciences et Avenir.

Ils ont initialement été publiés dans thebmj le 10 décembre 2020
« Effect of therapeutic suggestions during general anaesthesia on postoperative pain and opioid use: multicentre randomised controlled trial »

Au conservatoire de Saint-Claude (39), Ingrid Buatois et Clélia Lombard-Diop accompagnent des jeunes et adultes en situation de handicap

Ingrid Buatois est musicothérapeute. Installée à Saint-Lupicin, dans le Jura, elle intervient, notamment, depuis septembre 2019 au conservatoire de Saint-Claude (39), où elle propose des séances musicales (voix et percussions) à une dizaine d’adultes de l’Établissement de service et d’aide par le travail (ESAT) et du foyer de la résidence du Parc.

Depuis peu, des cours de musique sont également proposés à sept enfants de l’ Institut médico-éducatif avec Clélia Lombard-Diop, enseignante formée au handicap.

Un beau projet d’inclusion à découvrir dans Le Progrès, éd. Haut Jura (6/12/2020)

Pour contacter Ingrid Buatois : https://www.musicotherapie-jura.com/

Webinaire : La musique comme thérapie

Un webinaire dédié à « la musique comme thérapie » est organisé le jeudi 14 janvier 2021, à 18h

Il fera intervenir :

  • Hervé Platel, professeur de Neuropsychologie à l’Université de Caen (Unité Inserm U1077).
  • Jacques Touchon, Professeur Emérite à l’Université de Montpellier, Doyen honoraire de la Faculté de Médecine et membre de l’unité INSERM U 1061 « Neuropsychiatrie: recherche épidémiologique et clinique »
  • Stéphane Guétin, fondateur et président de la société Music Care

Au programme :

  • 18h00 : Introduction
  • 18h05 : Comment la musique agit sur le cerveau ?  – Pr Hervé Platel
  • 18h20 : MUSIC CARE, comment ça marche ? – Dr Stéphane Guétin
  • 18h35 : Vers une prescription de musique ? – Pr Jacques Touchon
  • 18h50 : Questions/réponses

Renseignements et inscriptions

DOCUMENTAIRE : « L’écho du Bataclan » de Jérémy Leroux

Ce documentaire de Jérémy Leroux, mis en forme avec Samuel Hirsch, explique comment l’attentat du 13 novembre 2015 au Bataclan a affecté, impacté, modifié, transformé le rapport au son des rescapés.

Plusieurs survivants témoignent de ce traumatisme, qui a également été un traumatisme sonore. Des neuroscientifiques, psychologues, musicothérapeutes, musicologues apportent leur éclairage à ces récits poignants.

A titre personnel, ce documentaire m’a complètement bouleversée, au point que je ne parviens à le décrire en quelques lignes. Je vous laisse donc l’écouter ici et en lire la présentation d’Arte Radio, .

Merci à Jérôme de m’avoir envoyé ce documentaire vraiment extraordinaire, qui « m’a prise aux tripes » pour reprendre une expression entendue au fil des témoignages.

Musique et cerveau : « La symphonie neuronale » par Emmanuel Bigand

Chercheur en neurosciences cognitives à l’Université de Bourgogne, Emmanuel Bigand vient de publier, avec la neuroscientifique Barbara Tillman : « La symphonie neuronale – Pourquoi la musique est indispensable au cerveau ». Dans une interview sur France Musique, Emmanuel Bigand évoque d’abord le parcours qui l’a amené à s’intéresser aux effets de la pratique et de l’écoute musicale sur le cerveau.

Expliquant que les découvertes liées au développement de la neuro-imagerie ont permis de montrer que « la musique a vraiment une importance dans l’évolution de l’humanité, qui va au-delà d’une activité de culture ou de loisirs », le chercheur évoque aussi les perspectives de prise en charge de maladies neuronales, pour lesquelles la musique offrirait un accès aux zones atteintes, citant notamment l’exemple d’Alzheimer.

Il détaille ensuite ce qu’il entend par « symphonie neuronale » en développant différents exemples de la façon dont la musique parvient à activer des zones du cerveau très dispersées et comment elle favorise la neuro-plasticité, avec un impact sur des activités qui ne sont pas musicales.

Evoquant les différents âges de la vie, Emmanuel Bigand explique que la musique joue un rôle dans l’attachement de l’enfant dès la naissance et qu’elle a tout autant d’impact sur les patients atteints de la maladie d’Alzheimer à un stade avancé, pour conserver une relation autrui. Enfin, l’interview s’achève sur les applications cliniques des recherches sur les effets de la musique.

Lire l’entretien sur France Musique, 2/10/2020

Méta-analyse : effet thérapeutique de la musique sur l’épilepsie. L’effet Mozart en exergue.

Une méta-analyse combinant les conclusions de plusieurs études scientifiques, et dont les résultats viennent d’être publiés dans la revue Clinical Neurophysiology, démontre les effets thérapeutiques de la musique sur l’épilepsie, et plus exactement sur la fréquence des crises.

Les auteurs, issus de l’Université de Pise (Italie) ont analysé 147 articles et sélectionné 12 études. L’effet Mozart y est mis en lumière.

Lire l’article de Santé Magazine

Lire l’article d’European College of Neuropsychopharmacology, sur MedicalXpress

Zoom sur les vertus thérapeutiques de la musique.

Sur maxi-mag.fr, Sophie Javaux passe en revue les vertus thérapeutiques de la musique, parmi lesquelles figurent l’amélioration de l’humeur, l’apaisement des angoisses, la stimulation de la mémoire, l’augmentation de la motivation dans la pratique sportive, une amélioration de la concentration et un développement de la créativité ainsi qu’une diminution de la douleur.

Pour illustrer son propos, l’auteur évoque différentes études récentes ayant permis de démontrer les effets cités plus haut. Ainsi, l’une d’elles a notamment permis d’observer « que le fait d’écouter de la musique en voiture [avait] un effet positif sur l’humeur des conducteurs et leur comportement au volant »…

Lire l’article complet