Le mouvement en musique améliore la fonction motrice et l’équilibre chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson

Une synthèse avec méta-analyse, récemment parue dans la revue Minerva, montre que la thérapie par le mouvement en musique améliore de manière statistiquement significative la fonction motrice, l’équilibre, la vitesse et le blocage de la marche chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson. 

Lire la synthèse et ses résultats.

Web colloque : Musique Thérapie Identité. Entre ici et ailleurs

Le Centre International de Musicothérapie organise ce jeudi 14 octobre de 9h à 18h un Web colloque gratuit ayant pour thème : Musique Thérapie Identité. Entre ici et ailleurs.

A travers une approche de différentes régions du monde et de leurs traditions, ce colloque cherche à montrer comment la musique peut contribuer à accompagner les transformations du monde actuel et à maintenir du lien.

Pour en savoir plus, voici le programme détaillé.
Et pour s’inscrire : cimlecolloque@gmail.com

Diminuer la douleur et l’anxiété pendant les soins dentaires

Sur Dentaire365, Raphaëlle de Tappie se penche sur l’intérêt de l’utilisation de la musique pendant les soins dentaires. Après un bref rappel historique de la façon dont la musique a été utilisée dans les soins depuis l’Antiquité, l’auteur évoque une étude des années 60, réalisée sur plusieurs milliers de patients. Chez 90% d’entre eux, la musique utilisée pendant la chirurgie dentaire avait permis de diminuer la douleur.

L’article fait intervenir le musicothérapeute Pierre-Luc Bensoussan, par ailleurs responsable pédagogique du DU de Musicothérapie à Montpellier, qui évoque en parallèle la diminution de l’angoisse avant et pendant l’intervention ainsi que la diminution de la douleur chez le patient.

Lire l’article complet

Un espace dédié à la musicothérapie au sein de l’école de musique Suzanne Jaymes à Caissargues (30)

Pianiste et professeure de piano, mais aussi musicothérapeute diplômée d’Etat en Suède, Minea Alvsten s’apprête à ouvrir une section musicothérapie au sein de l’école de musique Suzanne Jaymes de Caissargues (30) afin de proposer un espace temps spécifique aux enfants et aux adultes atteints d’un handicap moteur, mental, ou d’une maladie neurologique.
Neuromusicothérapeute, Minea Alvsten s’appuie sur la méthode Functionnally oriented music therapy (FMT), dont l’objectif à long terme est de « développer la motricité, d’améliorer la perception, la posture, la respiration, la coordination, la concentration, de renforcer l’endurance et d’organiser le comportement ».

Lire l’article complet sur Midi Libre, 5/09

Musicothérapie et anxiété chez l’enfant

Dans The Conversation, Elizabeth Coombes (University of South Wales) explique comment la musicothérapie constitue une réponse face à l’anxiété dont souffrent les enfants.

D’une part, parce que la musique est un outil efficace pour créer un lien avec l’enfant, dont les goûts musicaux reflètent son identité et la perception qu’il a de lui-même. D’autre part, parce que le rapport à la musique évoluant avec le temps, l’approche par la musicothérapie offre une grande souplesse.

Ainsi, l’auteur propose différentes modalités possibles pour les séances, notamment avec des enfants anxieux face à une instabilité sociale. Elle s’appuie aussi sur différentes études qui se sont intéressées aux effets de la musicothérapie sur la régulation des émotions.

Lire l’article complet

L’enfant anxieux

Effet de la musique sur la douleur et l’anxiété lors d’une suture aux urgences

Clément Duroux, Manon Fainelli, Zidane Dirhoussi, Alexandre Le Joncour, Colombine Bonier, Cathia Zak, Raphael Cornet, Pierre-Alexis Raynal, Youri Yordanov, Pierre-Clément Thiebaud, Effect of music on pain and anxiety during wound closure in the emergency department, 6 août 2021

Cet article étudie l’utilisation de la musique et son effet sur la douleur et l’anxiété lors de la réalisation de sutures de plaies. La réduction de la douleur postopératoire et de la consommation de morphine est significative.

Acheter et lire l’article complet

Etude : Ecoute musicale et régulation des émotions

Amélie Hamel-Lesieur, Les expériences de nature relationnelle suscitées par l’écoute musicale en solitaire et leur rôle dans la régulation affective : Etude qualitative auprès d’adultes de la population générale, Doctorat en Psychologie, Université de Sherbrooke, juillet 2021, 102 pages

Cette étude « vise à identifier et conceptualiser les phénomènes par lesquels l’écoute musicale suscite des
expériences de nature relationnelle et à comprendre leurs rôles dans la régulation affective
auprès d’adultes de la population générale. Des entrevues semi-structurées ont été
réalisées auprès de neuf adultes rapportant accorder une grande importance à l’écoute de
musique et en retirer des bienfaits. »

Lire la thèse

Mémoire / Autisme et Musique : Emotion, communication, musicothérapie

Caroline Venner, Autisme et Musique : Emotion, communication, musicothérapie, Mémoire de Master II, Université de Bourgogne Franche-Comté, Mai 2021, 133 pages

Résumé :
Dans cette recherche, l’auteure aborde l’autisme du point de vue comportemental et
neurologique. Elle met en rapport les récentes avancées scientifiques avec la possibilité
d’utiliser la musicothérapie comme moyen d’expression émotionnelle pour l’individu
autistique. Elle s’intéresse donc à la réception et l’expression de l’émotion, notamment
musicale, ainsi qu’au bien fait que peut apporter la musicothérapie pour le développement de
la communication.

Musicothérapie et régulation des émotions

Des chercheurs hollandais et allemands ont récemment mené une étude (relayée sur Pourquoi Docteur) sur l’utilisation de la musique dans la régulation des émotions. Ce projet a été mené auprès de 31 personnes pour étudier plus spécifiquement les effets de l’entraînement musical sur la régulation implicite des émotions.

Pour ce faire, l’équipe s’est appuyée sur les mauvaises odeurs, qui déclenchent une émotion négative, et qu’ils ont combinées à une musique positive pour créer quatre combinaisons différentes de stimuli.
Après quoi, les participants ont bénéficié de trois semaines d’écoute réceptive de musique classique avant de recommencer le test. Auto-évaluation de la part des participants et IRM ont permis d’analyser les effets sur les participants et sur leur activité cérébrale.

Les résultats de cette étude montrent que l’intervention musicale régulière permettrait de réduire les émotions négatives suscitées par les mauvaises odeurs et plus largement un stimulus externe.

De quoi ouvrir de belles perspectives thérapeutiques…

Lire l’étude complète

Pourquoi Docteur, 01/07/2021