Fédération française de Musicothérapie : Inscriptions aux conférences webdomadaires ouvertes

La Fédération française de musicothérapie ouvre aujourd’hui les inscriptions pour un cycle de quatre conférences gratuites en ligne les mardis 4, 11, 18 et 25 mai 2021.

Le programme est disponible ci-dessous, de même que le lien vers le formulaire d’inscription.

Aucune description alternative pour cette image

https://forms.office.com/Pages/ResponsePage.aspx?id=oNJ9AEi4Tk2uUTjhZG_xQdh2-hdYbDFOswgi-Zo5lTRUNTU1NEc2S0k0QlNSU0pXTldMTFlCRjJHTS4u

Aucune description alternative pour cette image

Etude sur l’analgésie induite par la musique

Mathilde Cabon ; Anais Le Fur-Bonnabesse ; Steeve Genestet ; Bertrand Quinio ; Laurent Misery ; Alain Woda ; Céline Bodéré, Impact of Music on First Pain and Temporal Summation of Second Pain : A Psychophysical Pilot Study, in Music Perception (2021) 38 (3): 267–281

Plusieurs études cliniques et expérimentales ont d’ores et déjà montré la capacité de la détente psychomusicale à apaiser la douleur. Cette analgésie induite par la musique pourrait s’expliquer en partie par la modulation des signaux de douleur. Cet article étudie l’hypothèse que ce phénomène implique les systèmes inhibiteurs descendants de la douleur.

Lire l’article en anglais

Effets de la musique sur le stress, l’anxiété, la douleur, le rythme cardiaque…

Femme Actuelle vient de consacrer un court article aux effets de la musique sur la douleur et l’anxiété, citant par exemple une expérience menée à Hong-Kong lors de la réalisation de coloscopies.

L’article évoque également une étude menée en Turquie, sur un échantillon de plus de 1.500 personnes, pour déterminer quel style de musique était le plus propice à diminuer le stress. Les indicateurs reposaient sur la pression artérielle et le rythme cardiaque.

Lire l’article complet

Musicothérapie et accompagnement des patients atteints d’un cancer

Le 4 février dernier, c’était la Journée Mondiale contre le cancer. A cette occasion, plusieurs médias ont mis en exergue l’intérêt de la musicothérapie dans l’accompagnement des patients atteints d’un cancer, notamment pour diminuer la douleur et l’anxiété.

Musicothérapie active et réceptive ou encore détente psychomusicale s’appuyant sur le montage en U, les approches permettant d’amener le patient à de nouvelles sensations physiques et psychiques sont diverses.

Plusieurs études cliniques ont d’ores et déjà montré l’efficacité de la musicothérapie dans la réduction de la douleur et de l’anxiété mais aussi sur la fréquence cardiaque, la pression artérielle, la fatigue ou encore les nausées.

Dominique Bertrand et Anne Garnerie, musiciens et musicothérapeutes, témoignent de leur expérience.

Lire l’article complet


Mémoire / Suisse : Musicothérapie en soins intensifs

Laurence Ebacher, Sara Papaux, La musicothérapie aux soins intensifs : La musique comme traitement de la douleur et de l’anxiété aux soins intensifs, Bachelor of Science HES-SO, 2020

Ce mémoire, rédigé à quatre mains en vue de l’obtention du Bachelor of Science HES-SO en soins infirmiers (Haute Ecole de Santé La Source, Lausanne, Suisse), porte sur l’effet de la musicothérapie sur la douleur et l’anxiété des patients hospitalisés sur une unité de soins intensifs adultes, avec soin douloureux.
A l’issue d’une synthèse de la littérature, les deux auteurs proposent comme perspective de recherche : « La présence de musicothérapie dans les soins aigus pourrait offrir aux patients l’occasion de se retrouver au centre de leur prise en soins avec une plus grande emprise sur la gestion de leurs symptômes. »

Diffuser des « contenus sonores apaisants » lors d’une intervention sous anesthésie générale aurait bien un effet sur la douleur post-opératoire et la consommation d’analgésiques

Une équipe de chercheurs vient de publier les résultat d’une étude montrant que la diffusion d’enregistrements au « contenu sonore apaisant » pendant une intervention chirurgicale sous anesthésie générale permettrait de réduire les douleurs et le recours aux analgésiques post-opératoires.
L’essai randomisé contrôlé, mené en Allemagne, a concerné 385 patients, qui ont été répartis en deux groupes. Dans le groupe des patients témoins, aucun enregistrement n’a été diffusé.
Les patients du deuxième groupe ont, pour leur part, entendu pendant leur anesthésie générale, « un enregistrement sonore composé d’une douce musique de fond par-dessus laquelle un texte était lu : il s’agissait de “suggestions thérapeutiques positives” rédigées et enregistrées par deux des auteurs de l’étude, Nina Zech et le Pr. Ernil Hansen ».
Au cours des 24h suivant l’intervention, ces patients ont présenté des niveaux de douleurs bien plus faibles que ceux du groupe contrôle et ont consommé moins d’analgésiques.

Les résultats de cette étude sont détaillés dans Sciences et Avenir.

Ils ont initialement été publiés dans thebmj le 10 décembre 2020
« Effect of therapeutic suggestions during general anaesthesia on postoperative pain and opioid use: multicentre randomised controlled trial »

Claire Oppert, la musicothérapie et l’étude clinique du « Pansement Schubert »

Auteure de l’ouvrage « Le Pansement Schubert », la violoncelliste et musicothérapeute Claire Oppert a récemment été interviewée par ladepeche.fr.

Dans cet entretien, elle livre une définition de la musicothérapie et évoque le parcours qui l’a amenée vers la profession de musicothérapeute. Son étude clinique du « Pansement Schubert » constitue  « la première [à montrer] une diminution massive de la douleur et de l’anxiété des patients hospitalisés en unités de soins palliatifs pendant un soin douloureux à l’écoute de la musique vivante », explique-t-elle. Elle inclut 112 soins réalisés et analysés sur une période de cinq ans.

Pour clôturer l’entretien, Claire Oppert évoque le déroulement des séances de musicothérapie, les particularités sonores du violoncelle, les différents publics pour lesquels la musicothérapie serait bénéfique avant de conclure par un voeu que nous partageons : il faut souhaiter et encourager le développement de la musicothérapie dans les structures de soins.

Lire l’interview sur ladepeche.fr