Adolescence et voix : « la voix génitale »

Anthony Brault, La voix génitale, Revue Française de Psychanalyse, 2021/4 (Vol. 85), pages 835 à 844

Eléments clés du résumé : La transformation biologique de la voix à l’adolescence ne se traduit pas nécessairement par une acceptation psychique simultanée.
Dans cet article, Anthony Brault, psychologue, s’appuie sur le travail analytique mené avec un garçon de 13 ans pour montrer comment l’attention portée à la voix, celle de l’adolescent tout comme celle de l’analyste, enrichit la chemin thérapeutique.

Lire, acheter cet article

Visioconférence – Maël Grand / Anne-Charlotte Declercq : La musicothérapie, une profession qui se (re)définit – De la psychanalyse aux neurosciences

Maël Grand, musicothérapeute et neuromusicothérapeute fraîchement élu à la vice-présidence de la Fédération Française de Musicothérapie, aborde tous les aspects de la musicothérapie et de la neuromusicothérapie dans cette visioconférence organisée par la neuropsychologue belge Anne-Charlotte Declercq. A voir ou à revoir.

Enfances & Psy : La musicothérapie analytique de groupe comme voie possible d’intégration de la violence sonore pubertaire

Anthony Brault, Jouer avec son corps sonore et en explorer les limites à l’adolescence, Enfances & Psy, 2020/1 N° 85, pp.92 à 100

Psychologue clinicien et musicothérapeute, Anthony Brault vient de publier un article dans le dernier numéro d’Enfances & Psy sur le thème de « la violence sonore pubertaire » et les possibilités de son intégration via la musicothérapie analytique de groupe. Le dispositif permettrait à l’adolescent de disposer d’un espace pour « exprimer et transformer sa violence pulsionnelle en créativité ».

Acheter et lire l’article

Revue Française de Musicothérapie : « Perturbations multimodales dans les polyrythmies interpersonnelles en musicothérapie : un rejeu perpetuel du traumatique ? « 

Dominique Brugger« Perturbations multimodales dans les polyrythmies interpersonnelles en musicotherapie : un rejeu perpetuel du traumatique ? »Revue Française de Musicothérapie, Volume XXXVIII, décembre 2019

 

Dans cet article, Dominique Brun s’interroge : « Est-ce que la rythmicité du patient en musicothérapie pourrait traduire des souffrances passées ? »
A partir de cette question, qui lui est notamment venue à la lecture d’Anne Brun (Brun & Chouvier & Roussillon, 2013), elle commence par définir les termes de sa réflexion :

  • La « perturbation » étant « tout ce qui, dans l’expression (corporelle et/ou verbal), nous apparaît comme accidenté sans être pour autant intégré à un discours cohérent » ;
  • « multimodale » représentant « les multiples modes qui font langage chez l’humain : geste corporel, geste vocal (Jousse, 1974), regard, posture, mouvement : façon d’incarner le temps de séance.»
  • Ces deux éléments constituant, pour partie, la polyrythmie, à savoir un « groupe de rythmes perceptibles à la fois indépendamment les uns des autres, mais aussi en association, et/ou globalement. »
  • Enfin, le traumatisme, tel que retenu dans cet article, est «  la blessure qui attaque le cours psychique, par effraction, ou manque répété», qui « met le psychisme en état de débordement, d’impossibilité de symbolisation tant c’est insupportable, ou impensable »

Puis après avoir introduit la façon dont ces éléments s’invitent, selon Dominique Brugger, en séance de musicothérapie, l’auteur émet une hypothèse : « l’intrication des chaines traumatiques se retrouve dans l’intrication des perturbations polyrythmiques avec lesquelles nous travaillons en musicothérapie active. »
Elle poursuit ensuite sa réflexion à travers l’analyse de trois cas cliniques.

Lire l’article complet

 

Quelle relation existe-t-il entre musique, pouvoir et identité collective d’un point de vue psychanalytique ?

Xanthoula Dakovanou, Musique, Pouvoir et Identité collective, Topique 2019/2 (n° 146), pages 81 à 95

Dans cet article l’auteur s’interroge sur la relation entre musique et pouvoir d’un point de vue psychanalytique, les raisons pour lesquelles la musique peut être utilisée pour promouvoir ou bien pour combattre l’idéologie dominante d’une façon très effective.
L’auteur, qui analyse le lien de la musique à l’Idéal du Moi, défend l’idée que la musique incarne d’une façon très efficace les idéaux collectifs groupaux d’une société donnée.

En savoir plus, acheter l’article

Thèse : Musicothérapie et autisme : du chaos à l’organisé

Musicothérapie et autisme : du chaos à l’organisé
GAUDIN Yves
Psychologie. Université Nice Sophia Antipolis, 2015
Laboratoire LAPCOS EA 7278

Résumé

« La musicothérapie n’est pas une thérapeutique nouvelle, et les
évidences quant à ses bienfaits ne sont plus à démontrer.
Cependant, si plusieurs auteurs en font mention, très peu d’entre
eux expliquent « pourquoi » et « comment » la musicothérapie
permet à la personne autiste, le passage d’une parole que nous
qualifions d’a signifiante à un discours nouvgraduate-150374_640eau et chargé de sens.
C’est ce que tente d’expliquer cette thèse de doctorat, et ce, grâce
à de nombreux aller-retour entre clinique et concepts
psychanalytiques (lacaniens en particulier). »

Télécharger