Claire Oppert, la musicothérapie et l’étude clinique du « Pansement Schubert »

Auteure de l’ouvrage « Le Pansement Schubert », la violoncelliste et musicothérapeute Claire Oppert a récemment été interviewée par ladepeche.fr.

Dans cet entretien, elle livre une définition de la musicothérapie et évoque le parcours qui l’a amenée vers la profession de musicothérapeute. Son étude clinique du « Pansement Schubert » constitue  « la première [à montrer] une diminution massive de la douleur et de l’anxiété des patients hospitalisés en unités de soins palliatifs pendant un soin douloureux à l’écoute de la musique vivante », explique-t-elle. Elle inclut 112 soins réalisés et analysés sur une période de cinq ans.

Pour clôturer l’entretien, Claire Oppert évoque le déroulement des séances de musicothérapie, les particularités sonores du violoncelle, les différents publics pour lesquels la musicothérapie serait bénéfique avant de conclure par un voeu que nous partageons : il faut souhaiter et encourager le développement de la musicothérapie dans les structures de soins.

Lire l’interview sur ladepeche.fr

Etude / Tunis : Effets de la musicothérapie lors d’une intervention chirurgicale

Mohamed Kahna. “The Contribution of Music Therapy to the Operating Room: A Randomized Control Study” MAR Case Reports 1.3 (2020)

Mohamed Kahna (Université de Tunis El Manar) vient de publier les résultats d’une étude menée sur une période de six mois, entre octobre 2019 et mars 2020, auprès de 68 patients adultes devant subir une intervention chirurgicale programmée, sous anesthésie locale.  Il s’agissait d’étudier les effets de l’écoute musicale, en appliquant les principes de la musicothérapie, avant, pendant et après l’intervention.  Les résultats montrent que les patients ayant bénéficié de la musicothérapie présentaient des niveaux de douleurs et d’anxiété plus bas que ceux du groupe contrôle. L’influence était également positive sur les signes vitaux (fréquence cardiaque, pression artérielle…) et sur le confort du patient.

Lire l’article complet en anglais

Zoom sur les vertus thérapeutiques de la musique.

Sur maxi-mag.fr, Sophie Javaux passe en revue les vertus thérapeutiques de la musique, parmi lesquelles figurent l’amélioration de l’humeur, l’apaisement des angoisses, la stimulation de la mémoire, l’augmentation de la motivation dans la pratique sportive, une amélioration de la concentration et un développement de la créativité ainsi qu’une diminution de la douleur.

Pour illustrer son propos, l’auteur évoque différentes études récentes ayant permis de démontrer les effets cités plus haut. Ainsi, l’une d’elles a notamment permis d’observer « que le fait d’écouter de la musique en voiture [avait] un effet positif sur l’humeur des conducteurs et leur comportement au volant »…

Lire l’article complet

Quand le Docteur Jimmy Mohamed évoque les bienfaits de la musicothérapie sur Europe 1

Dans l’émission Sans Rendez-vous sur Europe 1, le Docteur Jimmy Mohamed a récemment abordé les effets de la musicothérapie.  Après en avoir rapidement défini les principes, il évoque, en s’appuyant sur le récent rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé, les effets de la musicothérapie sur l’anxiété, la douleur, la pression artérielle ou encore pour diminuer les effets secondaires des chimiothérapies, améliorer la motricité dans les cas de maladie de Parkinson ou d’AVC etc…

Après quoi, le Docteur Jimmy Mohamed explique brièvement comment la musicothérapie agit : en stimulant la mémoire, les émotions… De même, en écoutant de la musique, le cerveau va sécréter de la dopamine et des endorphines.

Recherche : Musicothérapie en anesthésie réanimation

Stéphane Guétin, Jacques Touchon, La musicothérapie en anesthésie réanimation, Le Praticien en Anesthésie Réanimation, Juin 2020

Cet article présente une synthèse des travaux de recherche sur l’intérêt de la musicothérapie, et plus exactement de la séquence en U, dans la prise en charge de la douleur lors d’une intervention. La technique utilisée « a un impact sur les paramètres hémodynamiques et respiratoires, et un effet psychologique en favorisant l’« écoute » entre soignant et soigné », souligne le résumé.

Acheter l’article

Clara James et « la puissance réparatrice » de la musique

D’abord violoniste professionnelle, Clara James est aujourd’hui chercheuse en neurosciences. Professeure à la Haute École de santé de Genève, elle explique brièvement, dans une récente interview accordée à 24heures.ch, comment la musique permet de réduire l’anxiété et la douleur, quels rôles jouent le rythme, le tempo d’une musique dans l’apaisement des tensions, pourquoi une même musique peut avoir un effet différent sur l’être humain selon son état d’être, comment elle peut raviver des souvenirs etc…
Clara James aborde également, dans cette interview, les découvertes des neurosciences en matière de plasticité du cerveau ainsi que ses projets de recherches « autour du pouvoir à la fois éducatif et thérapeutique de la musique. »

Lire l’article complet, 24heures.ch, 19/04/2020

clarajames

La détente psychomusicale permettrait de réduire le risque de récidive d’infarctus

Une étude, dont les résultats ont récemment été publiés par l’American College of Cardiology, démontre l’intérêt de l’écoute musicale dans la diminution du risque de récidive d’infarctus. 

350 personnes ont été suivies dans le cadre de cette étude.
Les chercheurs ont d’abord identifié les types de musiques qui favorisaient la détente chez chaque patient, selon plusieurs critères. Les volontaires devaient ensuite écouter 30 minutes par jour les musiques sélectionnées. 

A l’issue de l’étude menée sur plusieurs années, les chercheurs ont pu démontrer que les patients ayant bénéficié de ces séances de détente psychomusicale étaient moins anxieux et avaient moins de douleurs, que ceux qui n’en avaient pas bénéficié. Ils présentaient aussi un risque diminué de récidive de problème cardiaque. 

Lire l’article complet de Pourquoi Docteur, 27/03

Lire les résultats de l’étude

N.B. : L’article publié sur Pourquoi Docteur utilise le terme de musicothérapie. Nous avons volontairement ici utilisé le terme de « détente psychomusicale » comme substitutif dans notre synthèse. En effet, la musicothérapie implique la présence d’un musicothérapeute, qui va définir un/des objectif(s) thérapeutique(s) selon chaque patient ainsi que les outils/moyens pour y parvenir. La détente psychomusicale ne constitue qu’un seul des nombreux outils/moyens potentiellement utilisés par le musicothérapeute. 

Cécile Fourage : Musicothérapie en soins palliatifs

Cécile Fourage, La musicothérapie en soins palliatifs : la vie jusqu’au bout, dans Jusqu’à la mort accompagner la vie, 2019/4, N°139, p. 83 à 92

Dans cet article, Cécile Fourage [musicothérapeute au sein de l’unité de soins palliatifs du centre hospitalier Michel-Mazéas de Douarnenez (29)] s’intéresse d’abord aux différents aspects de la musicothérapie en soins palliatifs, avant d’aborder le thème de la créativité comme mode de communication entre les membres de la famille, une communication non-verbale. Puis, elle évoque les objectifs de la prise en charge, dont la diminution de la douleur mais aussi la possibilité de « se projeter, même en fin de vie ».

Acheter et lire l’article 

fourage

 

A l’hôpital de Melle (79), les soignants formés pour proposer des séances de musicothérapie réceptive aux patients

Nous évoquions ce projet, sur ce blog, en juillet dernier. Le Lions Club avait alors octroyé une aide financière à l’hôpital de Melle pour développer la musicothérapie en soins palliatifs. L’enveloppe accordée devait permettre de financer, en partie, l’achat d’un logiciel spécifique, du casque audio et la formation du personnel. Le projet, qui a également bénéficié du soutien du Rotary, de la Ligue 79 contre le cancer et de Inner Wheel, se concrétise.

La semaine dernière, Sophie Baron, musicothérapeute, est ainsi venue former le personnel soignant à l’utilisation de l’outil et au déroulement de ces séances de musicothérapie réceptive d’une vingtaine de minutes.

Le site de Melle est doté de trois tablettes équipées de l’application. Plusieurs aides-soignantes, infirmières et médecins sont désormais formés.

Lire l’article complet

Screenshot_3