ETUDE : La voix pour apaiser la douleur, réduire l’isolement et favoriser le développement positif du bébé prématuré

Manuela Filippa, La Recherche, juillet-septembre 2022, N°570

La prise en soins du bébé prématuré implique également des procédures douloureuses. Dans un récent article, le Dr. Manuela Filippa (CHU de Genève) traite de l’intérêt de la voix des parents dans l’accompagnement médical du bébé prématuré.
« Le contact vocal précoce (parole ou chant) peut activer des réponses – mesurables – de bien-être chez le bébé prématuré, dont on commence à comprendre les mécanismes neurobiologiques sous-jacents. »
Après avoir repris différentes étapes de la recherche sur le lien mère-enfant, notamment le fait que la voix maternelle active de manière préférentielle, les mêmes zones corticales que celles liées au langage dans le cerveau humain adulte par exemple, l’auteure présente l’objet de ses recherches : le contact vocal précoce.
Cette « stratégie de soins vise à réduire l’impact à long terme de l’hospitalisation néonatale, à minimiser les effets négatifs de la naissance prématurée et à favoriser le développement positif du cerveau. » Elle consiste à encourager les parents à parler et chanter pour leur enfant prématuré.
Afin de mettre en évidence l’apport de cette stratégie de soins, une étude a été menée en 2020 en unité de soins intensifs néonatals pour « analyser les comportements des prématurés en réponse à la voix maternelle, qui s’adressait à eux en parlant ou en chantant, par rapport à une condition de contrôle où la mère n’était pas présente ».
Deux éléments ont été mis en exergue : une meilleure stabilité du bébé quand sa mère chante ou parle, avec moins d’épisodes critiques, un comportement modifié du nourrisson avec des yeux plus souvent ouverts ainsi que plus de mouvements d’autorégulation.
Les réactions à la voix parlée ou à la voix chantée sont différentes. Les deux fonctions ont pu être mises en évidence dans une autre étude.
En outre, la stratégie de soins adoptée a également des effets positifs sur les parents.

Lire l’article complet

L’association Nourris’Son, présidée par la musicothérapeute Laure Bayon, veut lever des fonds pour financer l’accompagnement des bébés prématurés

En Auvergne, à Saint-Victor-Malescours (43), une association vient de voir le jour. Baptisée Nourris’Son et présidée par la musicothérapeute Laure Bayon, elle s’est fixé comme objectif de lever des fonds afin de pouvoir proposer des séances de musicothérapie aux bébés nés prématurés, hospitalisés en service de néonatologie.

Pour ce faire, un premier concert caritatif est prévu en mars 2022.

Pour en savoir plus

Environnement sonore / Innovation : Evaluer le bruit et l’intensité de la lumière pour améliorer le confort des bébés hospitalisés

La filière industrie et développement durable du Lycée Sacré-Cœur et l’hôpital de Saint-Brieuc collaborent sur un projet visant à développer un équipement capable de mesurer les nuisances sonores et lumineuses afin d’améliorer le confort des bébés hospitalisés en néonatologie.
Samuel Cosson, musicothérapeute intervenant en néonatologie, est à l’origine de ce projet au nom de code Sonolux.
Ce projet va mobiliser les lycéens de Saint-Brieuc mais également des élèves en Italie et en Espagne. Il bénéficie, dans ce cadre, d’une enveloppe Erasmus.

Lire l’article complet de Ouest France

Effet analgésique de la voix maternelle sur les nouveau-nés prématurés

PIAZZA, Dina Saada Dalia. Étude de l’effet modulateur du contact vocal précoce
maternel sur la douleur ressentie par l’enfant prématuré
. Master : Univ. Genève, 2021

Afin de déterminer l’effet analgésique de la voix maternelle lors de procédures douloureuses pratiquées en unités de soins intensifs néonatals (USIN), cette recherche analyse les scores de douleurs lors d’une piqûre dans trois contextes différentes : avec le discours maternel, avec le chant maternel ou en l’absence de la mère.
Les résultats montrent que le contact vocal peut être une intervention efficace pour la prise en charge de la douleur en USIN.

Thèse Neurosciences / Université de Genève : Effet de la musicothérapie sur le développement cérébral des bébés prématurés

ALVES SA DE ALMEIDA, Joana Rita. Early structural connectivity in preterm infants’
brain and how music might shape it
. Thèse de doctorat : Univ. Genève et Lausanne, 2020,
no. Neur. 283

Eléments de l’abstract : Cette thèse cherche à évaluer les effets de la musicothérapie sur le développement structurel cérébral des enfants nés grands prématurés.
L’auteur arrive à la conclusion que l’intervention musicale postnatale précoce a conduit à une amélioration de la maturité microstructurelle d’autant plus importante qu’elle survient dans des régions présentant une altération due à la naissance prématurée et qui sont connues pour être impliquées dans l’audition, la cognition et le traitement des émotions.
Ainsi, la musicothérapie permettrait, de manière non invasive, d’améliorer le développement cérébral des nourrissons prématurés. L’effet observé « sur le circuit orbitofrontal-temporopolaire, pourrait aider à atténuer les déficits socioémotionnels fréquemment observés dans cette population et à prévenir la perte de potentiel et les troubles neuro-développementaux associées à la prématurité ».

Nantes : Journées d’études cliniques en mars 2021 sur le thème « La temporalité en musicothérapie »

L’Institut de Musicothérapie de Nantes organise ses Journées d’études cliniques les Vendredi 19 et samedi 20 mars 2021 à la Faculté de médecine de Nantes. Au coeur de ces deux jours : « La temporalité en musicothérapie  »

Plusieurs conférences sont programmées autour de ce thème dans différents champs d’application de la musicothérapie, comme la prise en charge de patients autistes, le milieu carcéral, les soins palliatifs ou encore la néonatologie :

  • « TempOralité en musicothérapie au Maghreb : Rythmique du chant vs Rythmicité du verbe », Pr. Wassim JOMAA
  • « Imprévisibilité, discontinuité et hors-cadre : lorsque la narrativité musicale fait sens en musicothérapie » , Aurélie FRABOULET-MEYER
  • « Vers un accordage des temporalités dans la prise en charge d’enfants autistes », Rachel BARTHELEMY
  • Musicothérapie avec la « dyade prématurée » pendant l’alimentation : une question d’accordage ?, Dominique BRUGGER
  • Musicothérapie et prise en charge de la douleur : quelle temporalité ?, Marion MUGA
  • Musicothérapie auprès de patients en milieu carcéral, Cécile FRAND, Franck RENAUDIN, Docteur Lola BIAGINI
  • « Cheminement et Performance collective, Corps Rythme Voix », Bertrand RIPOCHE
  • « Le polyhandicap : Moments charnières dans la communication musicale », Vivian QUERIDO
  • « Soins palliatifs : quel tempo ? », Emmanuelle LEDEUIL, Cécile FOURAGE

Six salles thématiques et différents ateliers seront également proposés.

Pour plus de détails sur ces journées d’études cliniques, c’est par ici

Pour s’inscrire, c’est par

Pour régler le montant de votre inscription, c’est par ici

Selon une étude de l’Université et du CHU de Genève, la musique améliorerait le développement des connexions neuronales chez les prématurés

Des chercheurs et médecins de l’Université de Genève et de l’Hôpital Universitaire de Genève ont conduit une étude pour évaluer les effets de la musique dans le développement des connexions neuronales chez les bébés prématurés.
Dans ce cadre, « 64 nourrissons, dont 39 nés prématurément, ont été sélectionnés. 20 des bébés prématurés ont écouté de la musique, et les 19 autres ont formé le groupe contrôle ».
Les IRM réalisées sur l’ensemble des bébés ont notamment montré un réseau cérébral beaucoup plus semblable à celui des bébés non prématurés chez les bébés prématurés ayant écouté de la musique.

Lire l’article complet

Lire l’article source en anglais

baby-428395_640