Effet du « contingent singing »** sur les nourrissons atteints de dysplasie broncho-pulmonaire hospitalisés en unité de soins intensifs néonatals

Amy R Smith, PhD, CCLS, MT-BC, Joseph Hagan, ScD, MSPH, Marlene Walden, PhD, APRN, NNP-BC, CCNS, FAAN, Alix Brickley, MM, MT-BC, Marial Biard, MM, MT-BC, Christopher Rhee, MD, MS, Patricia McIver, BSN, RNC-NIC, Helen Shoemark, PhD, RMT, M Colleen Brand, PhD, APRN, NNP-BC, The Effect of Contingent Singing on Infants with Bronchopulmonary Dysplasia in the Neonatal Intensive Care Unit, Journal of Music Therapy, 2023;, thac019

Le « contingent singing » est une intervention musicale chantée qui permet au soignant d’adapter certains éléments musicaux, tels que le rythme et le tempo, pour correspondre aux indices comportementaux et physiologiques et aider le nourrisson à atteindre une stabilisation optimale.
Cette étude vise à évaluer l’effet de cette intervention sur l’état comportemental et les mesures physiologiques par rapport aux pratiques de soins standard dans l’unité de soins intensifs néonatals (USIN).
Les données ont été recueillies sur un échantillon de 37 nourrissons diagnostiqués comme souffrant de DBP.
Les résultats ne montrent pas de différences significatives entre les sessions de chant et les sessions de contrôle.
Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer l’efficacité de cette intervention sur la stabilité physiologique des nourrissons atteints de DBP.

** »contingent singing » : chant qui se caractérise par une synchronisation de la respiration et du débit de parole, notamment

Lire l’article

ETUDE : La voix pour apaiser la douleur, réduire l’isolement et favoriser le développement positif du bébé prématuré

Manuela Filippa, La Recherche, juillet-septembre 2022, N°570

La prise en soins du bébé prématuré implique également des procédures douloureuses. Dans un récent article, le Dr. Manuela Filippa (CHU de Genève) traite de l’intérêt de la voix des parents dans l’accompagnement médical du bébé prématuré.
« Le contact vocal précoce (parole ou chant) peut activer des réponses – mesurables – de bien-être chez le bébé prématuré, dont on commence à comprendre les mécanismes neurobiologiques sous-jacents. »
Après avoir repris différentes étapes de la recherche sur le lien mère-enfant, notamment le fait que la voix maternelle active de manière préférentielle, les mêmes zones corticales que celles liées au langage dans le cerveau humain adulte par exemple, l’auteure présente l’objet de ses recherches : le contact vocal précoce.
Cette « stratégie de soins vise à réduire l’impact à long terme de l’hospitalisation néonatale, à minimiser les effets négatifs de la naissance prématurée et à favoriser le développement positif du cerveau. » Elle consiste à encourager les parents à parler et chanter pour leur enfant prématuré.
Afin de mettre en évidence l’apport de cette stratégie de soins, une étude a été menée en 2020 en unité de soins intensifs néonatals pour « analyser les comportements des prématurés en réponse à la voix maternelle, qui s’adressait à eux en parlant ou en chantant, par rapport à une condition de contrôle où la mère n’était pas présente ».
Deux éléments ont été mis en exergue : une meilleure stabilité du bébé quand sa mère chante ou parle, avec moins d’épisodes critiques, un comportement modifié du nourrisson avec des yeux plus souvent ouverts ainsi que plus de mouvements d’autorégulation.
Les réactions à la voix parlée ou à la voix chantée sont différentes. Les deux fonctions ont pu être mises en évidence dans une autre étude.
En outre, la stratégie de soins adoptée a également des effets positifs sur les parents.

Lire l’article complet

Certains neurones répondent spécifiquement au chant

Le Massachusetts Institute of Technology (MIT) vient de publier une étude, dans la revue Current Biology, ayant permis d’identifier une population de neurones situés dans le cortex auditif du lobe temporal, qui semblent répondre à la combinaison spécifique de la voix et de la musique, mais pas à la parole régulière ou à la musique instrumentale. En d’autres termes, ces neurones répondent au chant.

Lire le communiqué du MIT

Lire l’article complet de Trust My Science, 24/02

Voix chantée, dysphonie et maladie de Parkinson

Mathilde Lefevre. Efficacité et apports de la voix chantée dans la prise en soins de la dysphonie dans
le cadre de la maladie de Parkinson
. Médecine humaine et pathologie. 2021. ffdumas-03282334f

Université de Normandie, mémoire pour l’obtention du certificat de capacité en Orthophonie.

Fil conducteur : Affection neurodégénérative connue pour ses symptômes moteurs, la maladie de Parkinson est également caractérisée par des symptômes non moteurs, dont des troubles de la voix, souvent sous-estimés par les professionnels de santé. Or, 70 % des patients atteints de la maladie de Parkinson sont concernés par les troubles de la voix seule (dysphonie), c’est-à-dire, sans atteinte de l’articulation. Outil thérapeutique de plus en plus utilisé, la voix chanté offre un bénéfice physiologique et psychique aux patients. L’étude cherche à évaluer l’intérêt et l’efficacité d’une intervention orthophonique par le chant.

Lire le mémoire complet

Revue Française de Musicothérapie : Musicothérapie en addictologie

Nicolas JAUD, À la recherche de la voix perdue : une musicothérapie en addictologie, Revue Française de Musicothérapie, Volume XXXIX n°2, Février 2021

Dans cet article, Nicolas Jaud présente sa pratique clinique en addictologie autour de l’utilisation de la voix et de la façon dont celle-ci peut s’articuler avec la symbolisation et le processus de subjectivation du patient.

Après avoir présenté les difficultés psychiques en lien avec les troubles de l’addiction, l’auteur détaille la pratique d’exploration vocale qu’il propose, à savoir « une pratique singulière d’un chant qui s’appuie sur la mise en valeur des harmoniques naturelles de la voix ». Elle se déroule en plusieurs étapes, qu’il développe. Nicolas Jaud explique ensuite la différence entre la pratique proposée et le chant diphonique, auquel elle pourrait s’apparenter. Dans le cadre thérapeutique proposé, le musicothérapeute chante avec le patient. Cette voix du thérapeute, « rassurante », « calme », « chaleureuse » est de nouveau abordée plus loin dans l’article sous l’angle du rapport au lien parental et au processus de subjectivation.

Lire l’article complet

Coronavirus et confinement : Pourquoi la musique nous aide-t-elle ?

La propagation rapide du Coronavirus impacte désormais le monde entier et de nombreux pays ont choisi de recourir au confinement de la population pour ralentir l’épidémie.

Depuis lors, nous pouvons voir et entendre sur les réseaux sociaux ou à nos fenêtres, en France comme ailleurs, des personnes jouer de la musique et chanter.

Plusieurs musicothérapeutes et musicologues ont témoigné, ces derniers jours, dans les médias pour apporter leur éclairage  sur ce phénomène.

Ainsi, dans le Journal La Croix, Émilie Tromeur-Navaresi, musicothérapeute, et Hyacinthe Ravet, musicologue et sociologue, parlent de la musique comme vecteur du lien social. Elle « nous réunit quelles que soient nos cultures, notre histoire ou nos origines », explique notamment Emilie qui ajoute : « Elle permet de nous sentir vivant, de nous rapprocher, même si on est physiquement loin les uns des autres, même si on est confinés. »

Lire l’article complet.

Parallèlement, des initiatives ont aussi vu lejour. Miléna Hidalgo, psychologue et photographe, et Clémence Canadas-Salvador, psychologue et musicothérapeute, ont en effet choisi de proposer des consultations vidéos gratuites via Skype, afin d’aider la population à faire face au confinement.

Lire l’article du Midi Libre

Pour terminer cet article un peu spécial mais en lien avec l’actualité, j’ai sélectionné pour vous quelques initiatives musicales originales :

En France :

En Italie :

En Espagne :

Prenez soin de vous et restez chez vous !

Régis Chazot : Musicothérapie, via le chant adressé, en fin de vie

Régis Chazot, La créativité au service de la vie : le chant adressé, dans Jusqu’à la mort accompagner la vie, 2019/4, N°139, pp. 51 à 61

Dans cet article, Régis Chazot se concentre sur l’intérêt de l’art-thérapie et plus particulièrement de la musicothérapie dans l’accompagnement de la personne en fin de vie, « qu’elle soit dans une unité de soins palliatifs, dans un service de soins de longue durée ou dans un Ehpad ». Pour ce faire, l’auteur va d’abord explorer l’essence de son patient, avant de s’attarder sur l’expérience sonore in utero, qu’il qualifie de « sonate maternelle » puis de faire le choix du chant comme mode d’accompagnement, « comme main tendue, comme souffle partagé, comme chant adressé, comme expérience commune d’émotion, comme espace de créativité ». Nombreux sont ici les objectifs thérapeutiques décrits, qu’il s’agisse de favoriser l’expression et la relation, mobiliser le corps, restaurer l’estime de soi, solliciter la mémoire, partager les émotions…

Acheter et lire l’article

fantasy-4066241_640

A Pouyastruc (65), l’association Pl’uriel propose des ateliers de musicothérapie

Portée sur les fonts baptismaux début octobre à Pouyastruc (65), l’association Pl’uriel propose, d’une part, des ateliers musicaux collectifs et grand chant choral ouverts à tout public adulte, et d’autre part, des ateliers de musicothérapie, en individuel ou en groupe, auprès de divers publics sur demande. L’ensemble est coordonné par la musicothérapeute et chef de choeur Albine Duport.

Lire l’article de La Dépêche

Adoucir les maux via la musicothérapie. Deux exemples : Autisme et Alzheimer

Sur Psychologies.com, un très récent article de Charline Delafontaine centre son attention sur les bienfaits de la musicothérapie à travers deux volets :

  • l’un sur l’autisme, avec l’expérience de la chanteuse lyrique Catherine Boni
  • l’autre sur l’accompagnement de la maladie d’Alzheimer, avec un focus sur les patients de l’hôpital gériatrique Les Magnolias, à Ballainvilliers (Essonne), qui sont accompagnés par la chanteuse et musicothérapeute Pilar Garcia

Lire l’article complet

white-male-1871431_640

Soins Gérontologie : Deux articles sur la musicothérapie en institution gériatrique

Dans le dernier numéro de Soins Gérontologie (Vol. 24, N°140, novembre 2019), revue publiée par Elsevier Masson, deux articles sont consacrés à l’accompagnement musicothérapeutique des personnes âgées en institutions.

 

woman-65675_640