Musicothérapie et… AVC, Alzheimer, Parkinson

Bénin Web TV, webzine africain, a récemment évoqué l’intérêt de la musicothérapie, notamment dans l’accompagnement de patients atteints plus spécifiquement de trois pathologies : après un AVC, pour rééduquer les fonctions cognitives, langagières ou sensori-motrices ; dans le cas de la maladie d’Alzheimer, pour maintenir les capacités cognitives, et notamment mnésiques, ou pour diminuer l’agitation ; dans le cas de la maladie de Parkinson, pour améliorer la marche.

Lire l’article, 25/08

Focus généraliste sur la musicothérapie

Presse Santé vient de consacrer un article à la musicothérapie évoquant différents aspects de cette pratique clinique.
Après avoir défini en quoi consiste la musicothérapie, l’auteur évoque l’influence de la musique au cours de la petite enfance, puis son intérêt dans la gestion des émotions, de l’anxiété ou encore de la douleur.
Enfin, l’article s’achève en abordant la dimension rééducative de la musicothérapie, notamment dans la récupération des fonctions langagières après un AVC ou encore dans le maintien des capacités mnésiques lors de maladies neuro-dégénératives.

Lire l’article

Les effets bénéfiques de la musicothérapie intégrée dans le parcours de soins

Le Figaro, sous la plume de Thomas Lestavel, a récemment consacré un article aux effets bénéfiques validés de la musicothérapie, qui fait notamment intervenir Hervé Platel, professeur de neuropsychologie à l’Université de Caen. Le sujet débute par une immersion au sein de la clinique psychiatrique Caradoc, à Bayonne, où un atelier de musicothérapie est proposé par Vincent Sierp, infirmier et musicothérapeute.

Lire l’article complet

Musicothérapie et aphasie post-AVC

Nous avons récemment publié les résultats d’une étude italienne sur l’intérêt de la musicothérapie dans la récupération des fonctions motrices de la main chez les patients victimes d’un AVC.

Une nouvelle étude, menée par des chercheurs finlandais et américains, vient d’être publiée au sein de la revue eNeuro sur l’intérêt de la musique pour faciliter la récupération de la parole après un AVC.

Cette étude porte sur une cinquantaine de patients âgés de plus de 80 ans atteints d’aphasie suite à un AVC.

Femme Actuelle, 12 juillet 2021

Lire l’étude (en anglais)

Musicothérapie et rééducation de la main des patients victimes d’un AVC

Une étude italienne, qui s’est achevée récemment, a montré que la musicothérapie neurologique permettait d’améliorer la récupération des fonctions motrices de la main chez les patients victimes d’un AVC.

La technique, qui consiste à associer des « mélodies » avec les mouvements de la main et du poignet, montre une récupération plus rapide par rapport aux techniques de rééducation habituelles.

L’essai contrôlé randomisé incluait 66 patients ayant subi un AVC, répartis en deux groupes.

Voir les caractéristiques de l’étude

Obtenir l’article lié à cette étude

Quand le Docteur Jimmy Mohamed évoque les bienfaits de la musicothérapie sur Europe 1

Dans l’émission Sans Rendez-vous sur Europe 1, le Docteur Jimmy Mohamed a récemment abordé les effets de la musicothérapie.  Après en avoir rapidement défini les principes, il évoque, en s’appuyant sur le récent rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé, les effets de la musicothérapie sur l’anxiété, la douleur, la pression artérielle ou encore pour diminuer les effets secondaires des chimiothérapies, améliorer la motricité dans les cas de maladie de Parkinson ou d’AVC etc…

Après quoi, le Docteur Jimmy Mohamed explique brièvement comment la musicothérapie agit : en stimulant la mémoire, les émotions… De même, en écoutant de la musique, le cerveau va sécréter de la dopamine et des endorphines.

36.9 : « De la musique pour accorder le cerveau »

Magazine santé de la Radio Télévision Suisse (RTS), 36.9 s’est récemment intéressé aux effets de la musique sur notre cerveau.
Le documentaire ci-dessous fait notamment intervenir, Hervé Platel, professeur de neuropsychologie (Université de Caen), Clara James, professeure responsable de l’Institut de Recherche de la Haute Ecole de Santé de Genève ou encore Petra Hüppi, médecin cheffe du service du développement et de la croissance des Hôpitaux Universitaires de Genève.