Effets de la musicothérapie sur les symptômes moteurs et non-moteurs chez des patients atteints de la maladie de Parkinson

Lee, H.; Ko, B. Effects of Music-Based Interventions on Motor and Non-Motor Symptoms in Patients with Parkinson’s Disease : A Systematic Review and Meta-Analysis. Int. J. Environ. Res. Public Health 2023, 20, 1046. https://doi.org/10.3390/ijerph20021046

Cette revue systématique / méta-analyse vise à évaluer l’efficacité des interventions basées sur la musique sur les symptômes moteurs et non-moteurs chez des personnes atteintes de la maladie de Parkinson (MP).

La recherche initiale, menée sur PubMed, CINAHL, PsycINFO, et Cochrane Library CENTRAL, a permis d’identifier 745 études. 13 d’entre elles, portant sur 417 participants ont été retenues.

Les résultats de la méta-analyse mettent en évidence que les interventions basées sur la musique peuvent améliorer de manière significative la vitesse de marche, la longueur des foulées et la mobilité.

En revanche, les effets ne sont pas significatifs sur la cadence, la flexibilité cognitive, l’inhibition et la qualité de vie.
En conclusion, les résultats suggèrent que les interventions basées sur la musique sont efficaces pour l’amélioration de certains symptômes moteurs, mais les preuves pour les symptômes non-moteurs sont limitées.

Lire l’article complet

Intérêt de la musicothérapie après un AVC

Cet article généraliste de Presse Santé (Margot Fontenive) aborde les apports de la musicothérapie dans la rééducation post-AVC.

Si la musicothérapie permet d’améliorer le bien-être physique, mental et émotionnel des patients, elle contribue également, suite à un AVC, à la récupération de la fonction langagière dans le cas d’aphasie.

En combinant des exercices basés sur le chant, sur le rythme et sur les sons, notamment par la pratique d’instruments, la musicothérapie offre la perspective de développer la coordination motrice, la conscience sensorielle et les capacités de communication du patient.

En effet, outre la fonction langagière, la musicothérapie agit également sur les fonctions motrices (la marche notamment, souvent affectée et irrégulière après un AVC) ou encore les fonctions cognitives (mémoire, attention…).

Lire l’article complet (6/01)