Musicothérapie et Troubles du spectre de l’Autisme : Revue de la Littérature

Scotto di Rinaldi S., Gepner B. (accepté, à paraître 2023). Musicothérapie pour les enfants et les adolescents avec des troubles du spectre de l’autisme : une revue de la littérature. L’Information psychiatrique.

Cette recherche consiste en une revue de la littérature scientifique publiée au cours des 20 dernières années, sur l’accompagnement des enfants et adolescents atteints de TSA par la musicothérapie.
16 études contrôlées et/ou randomisées de qualité méthodologique suffisante ont été retenues.
Elle mettent en évidence que la musicothérapie peut avoir des effets bénéfiques sur les symptômes primaires (communication non verbale, comportements sociocommunicatifs, interactions sociales, comportements d’initiative) et secondaires du TSA (adaptation sociale, stress, relations parents-enfants), ainsi que sur la connectivité cérébrale fonctionnelle, chez des enfants et adolescents.
En conclusion, cette recherche préconise d’inclure la musicothérapie au sein des stratégies d’intervention auprès des enfants et adolescents atteints de TSA.

Lire l’article complet

Musicothérapie au sein de la clinique Saint-Roch de Cambrai (59)

Depuis peu, la musicothérapeute Sandrine Hecquet intervient au sein de la clinique Saint-Roch à Cambrai, établissement spécialisé dans les soins de suite et les soins palliatifs. L’objectif de ces interventions musicothérapeutiques, qui ont lieu deux fois par mois, est d’améliorer le confort des patients hospitalisés, notamment en diminuant la douleur.
Il s’agit aussi de favoriser la communication non verbale, la détente, l’apaisement et selon les cas, de maintenir les capacités cognitives.

Lire l’article de La Voix du Nord, 5/09

Revue canadienne de musicothérapie : Edition 2021

La dernière édition de la Revue canadienne de musicothérapie est disponible en téléchargement ci-dessous.

Elle se compose de :
– Entrevue avec le Dr Colin Andrew Lee
– un document de réflexion : Reconsidering the Dominant Narratives of the Music Therapy Profession for the Future
– Expériences de musicothérapeutes travaillant à court terme avec des groupes d’adolescents en santé Mentale
– une revue de la littérature autour du thème : « Can Music Improve Sleep Quality ? »
– un article sur un nouvel institut pour promouvoir et soutenir la musicothérapie
– Une critique du documentaire d’Isabelle Raynauld (réalisatrice) : De la musique pour le cerveau
– une critique du livre Guide musique, adolescence et bien être
– une critique du livre Compétences verbales de base pour musicothérapeutes

Mémoire / Grèce : Musicothérapie groupale avec des mineurs migrants ou réfugiés non-accompagnés

Nikitas Kissonas, Group Music-Therapy with Unaccompanied Minor Migrants and Refugees, Thesis for Master’s degree, 2020, 75 pages

Le terme de mineurs non-accompagnés qualifie les enfants ayant quitté leur pays d’origine et se retrouvant seuls dans un nouveau pays. Cette définition ne tient pas compte du contexte, de la cause de leur départ. Or, ces enfants ont perdu leur famille, leur maison, ils ont pu subir des violences dans leur pays d’origine, pendant leur voyage ou encore dans leur pays d’accueil.
Ce mémoire propose la musicothérapie pour accompagner ces jeunes, plus appropriée selon l’auteur qu’une thérapie verbale, afin de dépasser les barrières culturelles et de langage. En outre, Nikitas Kissonas voit dans la musicothérapie groupale, une possibilité pour ces jeunes de développer des liens sociaux nécessaires à leur adaptation dans leur nouvel environnement.

Lire le mémoire (en anglais)

Musicothérapie en soins palliatifs

Cécile Fourage, La musicothérapie en soins palliatifs : la vie jusqu’au bout, dans Jusqu’à la mort accompagner la vie, 2019/4, N°139, p. 83 à 92

Dans cet article, Cécile Fourage [musicothérapeute au sein de l’unité de soins palliatifs du centre hospitalier Michel-Mazéas de Douarnenez (29)] s’intéresse d’abord aux différents aspects de la musicothérapie en soins palliatifs, avant d’aborder le thème de la créativité comme mode de communication entre les membres de la famille, une communication non-verbale. Puis, elle évoque les objectifs de la prise en charge, dont la diminution de la douleur mais aussi la possibilité de « se projeter, même en fin de vie ».

Acheter et lire l’article